Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Mar Aoû 21, 2018 8:50 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Laissez-moi vivre
MessagePosté: Dim Mar 25, 2007 9:15 am 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Je vous fait partager un texte que j'ai écrit à la base pour le journal de mon lycée.
Je remet en perspective : lors de la dernière réunion CVL (conseil de vie lycéenne), il était question d'organiser quelque chose avec les infirmières sur quelque grand thème. J'avais proposé l'alcool, parce que je trouvais que l'avancé en ce qui concerne la cigarette pouvait permettre, en associant les deux, de travailler sur la vision de l'alcool des gens.
Quelques jours plus tard, j'ai eu en un anglais un texte qui disait en gros que la société s'impliquait trop dans la vie privée des gens, et au début étaient pris comme exemple la cigarette, la boisson et l'obésité. Ensuite ma prof de russe a déclaré, alors que nous parlions aussi d'alcool (normal en russe), que la heu CPE (enfin je sais plus son grade précis mais une responsable qui avait assisté à la réunion) avait transmis (alors à qui précisément je ne sais pas trop) que les élèves parlaient entre eux d'alcool (ce qui est faux : moi j'avais proposé ce thème justement parce qu'il y avait, à mon sens, des choses à faire). J'ai eu un dernier doute quand la prof de physique a illustrer ironiquement le concept de corps pur avec les différents alcools qui ne sont pas des concentrés d'éthanol (mais là c'était un doute...)


Enfin bon, j'ai décidé donc de prendre les devants dans le journal. (et faudra qu'on voit ça avec la CPE, parce que bon...)


Citation:
________________________________________Laissez-moi vivre !



____Fumer est un comportement aberrant et dangereux pour tous, la boisson n’est plus l’apanage du bon vivant, et les obèses sont plus qu’à moitié responsables de leur triste sort, inconséquents qu’ils sont. La tendance semble se dessiner d’une société qui donne son avis sur des comportements individuels relevant pour l’essentiel de la vie privée. Une opinion publique culpabilisatrice, encourageant et encouragée par des campagnes nationales de santé.
____Horreur, s’écrit-on. « Et ma liberté ? » « Big Brother est parmi nous ! » Je ne développerai pas ce point de vue, une généralisation abusive du texte précédent me laissant supposer, farci de stéréotype qu’est mon esprit, qu’il est assez largement admis, au moins connu. Mais n’y aurait-il pas moyen, sans perdre le désir initial de liberté, de le nuancer ?

____Même si le choix final d’adopter tel ou tel comportement relève dans l’absolu de l’individu, on ne peut nier les facteurs extérieurs –d’abord on choisit dans une situation donnée- dont certains sont liés à la société, à autrui. La loi par exemple, mais aussi des pressions moins claires, non délimitées explicitement, découlant des visions du monde de notre entourage, c’est-à-dire des valeurs, conventions reconnues par les autres (sans pour autant tomber dans l’écueil des moutons censés suivre le mouvement général sans user de leur libre-arbitre). Ce qu’à une grande échelle on peut représenter par une certaine opinion publique (qui, sans permettre de prendre en compte toutes les mentalités, n’en est pas moins représentative de grandes tendances).
____Cet ensemble de valeurs, de repères, a toujours une influence sur nos choix, pour ténue qu’elle puisse être, il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter dans l’absolu d’un nouveau danger, comme un énorme entité physique distincte, un grand gendarme mal intentionné qui fouillerait nos valises : « papiers, siouplaît ». Non, on peut par contre s’interroger sur la mesure de cette « intrusion dans le choix » concernant par exemple des comportements personnels.
____Il est généralement bien admis que des actions impliquant l’autre nécessite une prise en compte de l’autre, notamment donc avec cette opinion générale, l’idée qu’on s’en fait du moins. Ce qui, par exemple, condamne en principe la violence (l’homme n’étant pas purement rationnel, celle-ci persiste en fait, pas en droit). Cependant, pourquoi ces comportements seraient-ils seules légitimes à être jugés par l’opinion publique ?
____Prenons l’alcool. Si des actions sont menées pour dégrader son image (et par-là même en diminuer la consommation, au moins en changer la pratique), c’est bien qu’il a déjà une image, forgée empiriquement, au mieux par la tradition, au pire par les producteurs. Agir dessus est donc aussi légitime que ne pas y toucher, puisque cette représentation initiale et involontaire n’a aucune raison d’être « la bonne », c’est-à-dire la plus efficace. Peut-être qu’au lieu d’une diabolisation, on organise une désacralisation, on fait choir de son piédestal un vieux monarque fatigué.

____Mais « efficace », qu’est-ce à dire ? Si on change une image, encore faut-il avoir une idée de la direction qu’on veut lui donner. On peut réfléchir un peu plus objectivement sur les véritables effets, la réelle utilité, les avantages et inconvénients d’une action, d’un comportement sur un autre. Réflexion qui sera plus que fortement minimisée dans le feu de l’action, laissant la place à des méthodes cognitives de décision plus adaptées, mais qui teintera tout de même l’ensemble (qui aidera à choisir de s’arrêter au bout du cinquième verre, par exemple). On peut s’éloigner de l’idée traditionnelle d’une boisson socialisatrice et festive, et se demander si vraiment « sans alcool, la fête est plus folle ! » (devise risible à mon sens dans la forme, mais bon…).
____Tout cela pour dire : oui, on peut trouver à redire sur le principe même de certains comportements, quand bien même ils n’impliquent pas directement d’autre personnes. On peut aussi d’une part donner son avis et également essayer de changer le comportement chez d’autres que nous. Qu’on le veuille ou non, tout le monde ne se pose pas de question (sans tomber dans l’image de l’intellectuel), et un Grand Frère peut bien conseiller son cadet immature.
____Dernière nuance : la société a l’avantage de ne pas être impliquée dans la situation individuelle, d’être extérieure au choix et donc plus facilement objective. Cependant, d’autres mécanismes complexes la dirigent, des mouvements à grande échelle, des tendances peu rationnelles. Il est évident que le groupe n’a pas toujours raison. Il faut donc réfléchir par soi-même en se plaçant à distance de son choix individuels.
____Dur dur, quand il apparaît par exemple dans la course aux élections que nombreux semblent être ceux qui attendent des politiques qu’on règle leurs petits problèmes personnels.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mar 25, 2007 1:01 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Le titre me rappelle un autre article de Paroles, ça doit être une expression assez récurrente :roll:
Citation:
Prenons l’alcool. Si des actions sont menées pour dégrader son image (et par-là même en diminuer la consommation, au moins en changer la pratique),

Il y en a pas beaucoup en france ; et en angleterre, je crois, on parle d'en interdire tout simplement la consommation en dessous de 18 ans. On est loin d'une campagne d'image ; l'alcool est mauvais qu'en tant qu'il peut provoquer des accidents au volant, et ça se limite presque exclusivement à ça, aggrémenté de quelques comas éthyliques.

Citation:
Tout cela pour dire : oui, on peut trouver à redire sur le principe même de certains comportements, quand bien même ils n’impliquent pas directement d’autre personnes. On peut aussi d’une part donner son avis et également essayer de changer le comportement chez d’autres que nous. Qu’on le veuille ou non, tout le monde ne se pose pas de question (sans tomber dans l’image de l’intellectuel), et un Grand Frère peut bien conseiller son cadet immature.

Ce n'est pas très clair dans le texte ; le comportement individuel du genre "je bois, et alors, mind your own buisness" n'a aucune valeur morale tenable ; certains accidents de la route, effets de la boisson, engagent d'autres individus, les lits d'hopitaux sont assez peu nombreux pour que le fait d'en débloquer pour des ados imbéciles en coma éthylique entraine évidemment des conséquences néfastes sur les autres, et je ne parle pas des fumeurs de l'entrée de notre lycée, perdu dans un nuage tel qu'il me faut retenir ma respiration pour ne pas avoir à partager leurs futures métastases.

La question, c'est celui du droit de la majorité, défendu par l'intermédiaire de la violation de droits particuliers, je crois que c'est un problème cornellien...Mais le principe de la société, du plus grand nombre, est inévitablement abordé, et est automatiquement le plus légitime, même s'il peut paraître injuste et limiter des droits individuels. Si l'on veut fumer et boire, soit, mais alors on signe un papier engageant l'intéressé à vendre sa voiture et brûler ses permis, à déménager dans le périgord profond et à porter sur lui une carte spéciale, obligeant tout médecin à la non-assistance en cas de malaise :roll: Evidemment, ça marche pas comme ça... Et comme toujours, on en revient au comportement raisonnable de chacun, et donc à l'utopie :roll:

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mar 25, 2007 8:06 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
On est loin d'une campagne d'image


Justement c'est ce que je voulais lancer avec ce thème avec les infirmières...



Citation:
Ce n'est pas très clair dans le texte ; le comportement individuel du genre "je bois, et alors, mind your own buisness" n'a aucune valeur morale tenable ; certains accidents de la route etc...



Justement ce que je veux dire dans ce texte c'est que même un comportement qui n'impliquerait pas trop l'autre (je n'envisage pas l'alcool par rapport à la voiture, et le coma éthylique est quand même assez peu représentatif pour les dommages aux autres) est susceptible d'être critiqué, et que cette critique peut être légitime et utile.


De même,
Citation:
La question, c'est celui du droit de la majorité


Je n'envisage pas tant le droit que le "devoir morale". A aucun moment je ne dis qu'on ne doit pas boire, pour le bien de la majorité. Bon d'abord je ne suis pas au même niveau que "boire ou non" je suis sur la question "peut-on se poser la question "boire ou non"". Ensuite ce n'est justement pas pour respecter la majorité (pas directement du tout en tout cas), mais simplement pour sois. Que les individus sachent "ce qui est bon pour eux" est à mon avis totalement faux. Nous sommes immatures. Et d'autres sources ont plus de recul sur nos choix que nous-même (notemment certains "nous-même" mais là c'est de la prétention vaniteuse exécrable donc j'évite... :mrgreen: ).


Pas de majorité là-dedans. D'ailleurs s'il fallait voter "boire ou non", je ne pense pas que les sobres écraseraient les irresponsables...

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com