Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Sam Mai 26, 2018 3:28 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 75 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Nov 13, 2005 11:16 am 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
(et comme les accidents font plus mauvaise pub qu'un kidnapping...)


Non, justememtn ,c'est l'inverse... :roll:

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Nov 13, 2005 11:26 am 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Oui, autant pour moi ! :oops:
Cela engage la station à taire le truc puisque les accidents n'étant pas censé arriver, ce serait une ruine touristique ; ils vont trouver une excuse pour couvrir l'évènement ; crise cardique ou autre, avec un enterrement bidon, alors qu'avec un kidnapping ils feraient appel à la police, et donc cela pourrait gêner les "guides" et les enlèvements à répétition feraient naîtres des soupçons...
la station tait elle-même les enlèvements sans le savoir !

De toute manière, ils ne sont pas près de trouver la cité dissimulée, et cela rejoindra les dossiers non classés :mrgreen:

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Déc 02, 2005 7:23 pm 
Hors ligne
Private Joke
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 25, 2004 12:57 pm
Messages: 1016
Localisation: Dans vos rêves les plus fous mesdemoiselles...
Histoire sans lendemain


Je crains de ne rien avoir compris à ton dernier texte Jul' :roll:

PS : Je ne sais pas ou tu aller chercher l'idée de la grotte, j'y ai jamais joué ! :mrgreen: :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Déc 02, 2005 9:07 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Pas mal... :)

Le texte gagnerait peut-être à n'être qu'au présent, d'autant qu'il est court... :wink:

...

... dis donc c'est bourré de fautes. :mrgreen: arf j'rigole... j'rigole, j'ai dis... Julianos lâche ce sabre laser... :mrgreen:

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Déc 05, 2005 6:52 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Citation:
Le texte gagnerait peut-être à n'être qu'au présent, d'autant qu'il est court...

Ouais, c'est pas bête du tout ça, je vais le mettre au présent pour voir si ça colle mieux, mais je crois bien que c'est le cas :wink:

Citation:
... dis donc c'est bourré de fautes

Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh

Hey, double post :mrgreen: Corrigé au présent ; ça rend bien mieux tout de même, merci du conseil pépère :wink:

Edit : A pu double post :mrgreen:

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Dernière édition par Julianos le Lun Déc 05, 2005 7:05 pm, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Déc 05, 2005 7:04 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Mais, de rien, té, ça te fera, 10 plus 5 plus 10, j'arrondis, trentes pièces de bronze...

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Déc 24, 2005 5:35 pm 
Hors ligne
Private Joke
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 25, 2004 12:57 pm
Messages: 1016
Localisation: Dans vos rêves les plus fous mesdemoiselles...
Conte de Noël

:no11:

Quel texte ! :norire:

Mais maintenant... je me méfirais de Pépère...Fou le nombre d’objets que l’on pouvait dissimuler sous sa barbe ! :no03: :norire:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Déc 24, 2005 9:38 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Tu ne crois pas si bien dire... :mrgreen:

Très bon texte. Le style en particulier est très bien : fluide et drôle, bravo ! :D

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Déc 26, 2005 1:41 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Merci. :mrgreen: Bon, Et bien j'attends toujours l'échine courbée la correction enjouée de Vae ! Vae qui doit d'ailleurs avoir que ça à faire... :mrgreen:

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Déc 26, 2005 3:36 pm 
Hors ligne
Spéssialist ortografik
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Aoû 12, 2004 7:11 pm
Messages: 1504
Localisation: À l'écoute du conseil
Citation:
la correction enjouée de Vae

Je compulse actuellement la nouvelle orthographe conseillée afin de ne pas considérer comme faute ce que les "hautes instances" on considéré comme acceptable :mrgreen:
Faut se mettre à la page :mrgreen:

_________________
Image
Famille veut dire que personne ne doit être abandonné


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Jan 18, 2006 9:15 am 
Hors ligne
Spéssialist ortografik
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Aoû 12, 2004 7:11 pm
Messages: 1504
Localisation: À l'écoute du conseil
En rouge les fautes et la ponctuation
En bleu les omissions
En oranges les tournures de prhase et les termes conseillés

Citation:
Histoire sans lendemains



La bougie vacille dans l’air humide de la mince excavation de la falaise. L’eau gicle joyeusement sur de la roche claire, éclate en myriade de gerbes étincelantes dès qu’elle entre à son contact. Magnanimes, les gouttelettes épargnent noblement la majorité de la cavité. En contrebas se fracassent, encore et toujours, les vagues, dans leur tonnerre de violence assourdie. Mais les notes de la flûte ne s’en soucient guère, et se glissent entre les raies d’eau, se faufilent dans l’air, résonnant, hautes et claires, dans l’atmosphère. Elles dominent tout autre bruit, écrasent les impuretés de leur déconcertante beauté, seigneuries des airs et de ses caprices. Le souffleur est seul, et joue de son instrument pour la flamme, pour la vie, pour tout ce qui l’entoure. Ses doigts virevoltent sur les trous et sculptent cette douce mélodie, si simple, et pourtant si complète, contenant tant de bribes de vie, d’existences renfermées, qui, soudain, se matérialisent devant lui. Il savoure cet état qui le prend lorsqu’il donne son âme à sa flûte, quand il n’est plus lui-même qu’un instrument, quand il devient le jouet de sa propre musique. Il n’existe alors plus que par elle, se transcende avec elle. Son cœur bat la mesure, et sa tête s’emplit de l’éthérée absence de ses pensées. Et l’Être surgit. Un petit personnage, coiffé d’un long bonnet rouge, [strike]seulement[/strike] habillé d’une barbe folichonne et de pauvres vêtements ayant connus des jours meilleurs, glisse un œil par delà la paroi. Puis deux. Enfin, charmé et captivé par la curiosité, il avance à tâtons à la rencontre du joueur de flûte. Il s’arrête enfin près de lui, tout en le dévisageant avec de grands yeux étonnés. Mais l’autre ne semble pas l’avoir remarqué, son âme accompagnant ses airs, ce qui semble rassurer la créature. Elle se rapproche donc encore un peu, et tend les mains vers la bougie pour, semble-t-il, se réchauffer. Et sans prévenir du moindre frémissement de paupière de l’absent spectateur, elle se met à sautiller gaiement, commençant alors à esquisser de complexes mouvements de jambes, tournant, déliant ses membres, semblant à peine toucher le sol, en une chorégraphie légère et aérienne. Le flûtiste, ignorant toujours sa présence, entonne pourtant une musique plus entraînante et au rythme plus marqué, comme pour suivre l’évolution du petit être. Après plusieurs minutes de cette danse, celui-ci revient près de la bougie et se déplace en rythme avec ses vacillements, tout en tournant autour, un grand sourire aux lèvres. Enfin, il s’assoit en tailleur et contemple silencieusement le joueur de flûte en dressant ses grandes et fines oreilles, presque à mi-vexé de ne recevoir aucun compliment pour son effort, puis, avec un petit haussement d’épaule, il ferme lentement les yeux, du plaisir de l’écoute d’une harmonie sans doutes.

Souvenir oublié d’une goutte figée.

Ainsi sont-elles, les histoires sans lendemains.

Joli et poètique!

_________________
Image
Famille veut dire que personne ne doit être abandonné


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Jan 18, 2006 10:39 am 
Hors ligne
Spéssialist ortografik
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Aoû 12, 2004 7:11 pm
Messages: 1504
Localisation: À l'écoute du conseil
Citation:
Conte de Noël



« Boooomm »

Un bruit ! Rickeam Neasruc, Ricky pour les dames, ouvrit, ou du moins il le tenta, la paupière droite. Bruit. Bruit ? Le mot lui tournait diablement l’esprit. Tel un petit enfant surexcité qui se met à donner des coups de pieds à tout le monde pour avoir ses cadeaux le soir de Noël, il bousculait sans ménagement les charpies encore fumantes de ses rêves. Dans la douce chaleur des draps, le monde froid paraissait pourtant si loin, si inexistant …Il doutait même de son existence. Las…
« Malheur de malheur, diable de sentiment qui s’empare de moi !» réussit-il presque à cogiter.
Un inconfort croissant grimpait un à un les échelons du réveil de ses pensées, encore hallucinées par le sommeil…Mais quel était donc ce malaise ? Cela lui rappelait une vague sensation, un sentiment à vif, n’attendant qu’un…
Bruit ! Un flash douloureux le tira soudain de sa torpeur. Sang, douleur, danger ! Ricky n'était plus du tout inconscient, dans le sens physique du terme. Le cœur battant, il se redressa sur son lit et tendit l'oreille, tournant la tête de tous côtés, comme s’attendant à voir surgir...Non, c’était stupide. Plus rien. Seuls les délicieux ronflements de sa douce femme troublaient le silence…
Avait-il rêvé ? Il tourna son regard vers elle. Quelle vision splendide ! Olivia était si belle… Sa peau lisse tombait en cascades exquises sur son ossature solide et parfaite, ses chairs appétissantes coulaient comme un flot de caramel, s’épanchant avec style sur le drap nuptial. Ses cuisses rondes semblaient vouloir recouvrir l’entière surface du sommier, bases solides de la montagne qui les précédait. Quels coquins apprêts que son maquillage effacé et mi-fondu, répandu sur son visage tel du beurre au fond d’un plat. Quelle croquante provocation que ses cheveux savamment graissés, entretenus pour leur donner l’air négligé, qui nimbaient sa mignonne tête ovale ! Elle qui dodelinait si gentiment au rythme de sa digne respiration, perpétrant l’intime (<=infime) frémissement de ses joues quelque peu épaisses. Mais si peu… Rickeam aimait profondément sa femme. Il se pencha pour l’embrasser doucement dans le cou, s’emplissant de sa fraîche odeur de lait suri.
Mais le sens des priorités lui revint ; il y avait eu un son, en bas ; peut être n’était-ce rien, mais il était de son devoir d’époux et de père de famille d’aller voir ce qu’il se passait. C’était plus qu’un devoir, c’était une question de vie ou de mort ! Et il allait braver sans peur le danger pour répondre à l’immanent et impérieux besoin de l’Homme, depuis le commencement des temps, de protéger les siens et d’affronter le monde pour en triompher !
Sur cette courageuse pensée, il glissa la main sous le traversin. Ses doigts se refermèrent sur une masse si froide qu’il en eût des frissons...Des frissons de froid et de joie. Il affermit sa prise et sortit lentement, très lentement le Beretta de sa cache. Il émanait de l’arme une sorte d’aura glacée, d’un bleu de banquise éternelle. Un sourire mûrit au coin des lèvres de Rickeam. Celui-ci ne se félicitait jamais assez de la précaution de garder, la nuit, son revolver fétiche à portée de main. Il dormait, de ce fait, tellement mieux, et le simple fait de le regarder maintenant l’emplissait d’une force si irrésistible ! Il colla le canon sur sa joue. Plaisir de la morsure de l’acier. Après avoir vérifié que l’arme était bien chargée, et après un autre baiser amoureux donné à sa femme, il se leva avec précaution et sortit du lit le plus silencieusement possible. Il enfila ses chaussons de fourrure de léopard, un vieux souvenir d’un safari en Afrique, puis sortit de la chambre en s’efforçant de ne pas faire craquer le plancher.
Le calme semblait régner sans partage sur la maison de Sweet Drive. Il alla coller l’oreille à la porte de la chambre de ses deux fils. N’entendant rien, il entrebâilla légèrement la porte. Il fut soulagé de les voir dormir paisiblement, leurs traits sereins et repus révélés par la lumière du réverbère du dehors. Il était très fier de ses deux garçons, si gentils, si beaux, si sages…
Il referma la porte, puis s’avança doucement jusqu’à la rambarde de l’escalier. L’odeur de la dinde, qu’ils avaient mangé quelques heures plus tôt, flottait encore dans l’atmosphère, et de drôles de borborygmes sortirent de l’estomac du sieur Neasruc. Tant qu’à aller vérifier que tout allait bien en bas, autant s'assurer également que le réfrigérateur ne souffrait pas de solitude. Il commença alors à descendre doucement les escaliers, le doigt néanmoins crispé sur la gâchette, tous les sens en alerte. Il était arrivé à mi-parcours lorsqu’un craquement sinistre le fit sursauter. Quelqu’un ! Il y avait quelqu'un (<=il constate d'abord) dans le salon ! Effrayé, Ricky n’osait plus respirer. Quelqu’un qui en voulait peut-être à la vie de sa famille, à ses biens ! Peut-être un fou dangereux ! (<=il suppose ensuite) Pourquoi peut-être ? Sans aucun doute ! Qui irait s’introduire en pleine nuit chez d’honnêtes citoyens, sinon un individu armé de mauvaises intentions ? D’intentions semi-automatiques ! Quelle humanité pouvait-on attendre de ces gens ? Il avait lu ce matin même, dans le journal, que Mrs. Timplerton avait été attaquée de la sorte chez elle, il n’y avait pas deux jours... À quelques rues de sa maison… Puis il eut la vision d’un pistolet dans les mains de l’intrus, et les souvenirs remontèrent en même temps que cette sensation qu’il avait presque fini par oublier… La peur. Pas la simple peur, celle que l’on éprouve lorsque qu’il n’y ait plus de lait dans le frigo, ou la peur du policier au coin de la rue, Dieu non ! Il s’agissait là de la peur panique, la peur pour sa vie, viscérale, obscène, qu’il n’avait plus ressentie depuis le temps où il se battait contre d’autres hommes, pour sa patrie. La peur des anciens temps.
Ce risque soudain, ce danger qui le regardait d’un air vicelard le troublait au plus haut point. Autant il était prêt, quelques minutes plus tôt, à défendre les siens, autant il n’arrivait même plus à envisager l’idée de se retrouver face à la mort ... Ou même de côté, ou derrière elle, à cet instant! Il ne se sentait pas lâche ; c’était juste au-dessus de ses forces. Point. Et pourtant, s'il voulait un jour se regarder dans un miroir sans rougir, il faudrait bien qu’il y aille. Et s'il n’y avait que ça ! Qui savait ce que cet individu voulait faire de lui et de sa famille ? Peut être volera-t-il ce qui l’intéresse, avant de bouter le feu partout dans la maison ? Appeler la police ? En cette période, à cette heure-ci ? Ils avaient déjà bien trop de travail ! Le temps qu’ils arrivent, il pourrait se passer tant de choses…
Rickeam était au pied du mur, et il se sentait comme un futur fusillé. Et comme un grand émotif, à l’odeur qui se dégageait de son pyjamas ! Il en était à s’interroger en profondeur sur la marche à suivre, et, arrivé à la question « Qu’est-ce que l’escalier ? », il se souvint alors de ce qu’il tenait dans la main. Tout homme est mortel. Il suffit d’une balle. Le plus fort des hommes ne résiste pas à une balle logée dans l’occiput. Of course… Il suffisait de tirer le premier. Resserrant ses deux mains autour de son .9mm, il descendit les marches le plus silencieusement qu’il lui fut possible. A chacune de celles-ci, il redoutait l’infâme craquement intempestif du bois. Sa propre demeure pouvait décider de jouer les Judas. Elle devenait elle-même une ennemie possible. Tout doucement, Mr. Neasruc demandait pieusement à la maison de l’aider, à Dieu et aux anges de l’assister le long de sa laborieuse descente. Il avait l’horrible impression d’être regardé par le monde entier.
Il l’aperçut enfin. Un morceau d’étoffe rouge vif, qui s’agitait faiblement près de la cheminée. Encore une marche. Il voyait maintenant une sorte de robe... Non une veste et…Rickeam eut encore le courage de descendre une marche, un bonnet. Un salopard de voleur qui tripatouillait près de sa cheminée… Il lui tournait le dos. Oui, c’était bien un voleur ! Il voyait maintenant son sac où il entreposait son butin. Un sac énorme ! Aussi énorme que le voleur !
« Sa sale graisse issue de ses odieux forfaits ! » se dit Rickeam. « Oh ! Il ne se doute pas de la punition divine qui va s’abattre sur lui dans quelques instants ! L’immonde ! Mais que…? »
- Pom popo popom… »
Il chantonnait ! Quel culot ! Quel monstre d’homme est-ce cela, celui qui prend du plaisir à ce genre d’actes odieux ! C’en était trop !
- V…Vous ! Les m…mains sur la tête ! Vi…Vite ! Cria presque Ricky, d’une voix un peu trop aiguë à son goût, tout en finissant de descendre l’escalier.
L’autre, surpris, fit volte-face. Il avait une mine bonhomme, de belles pommettes roses vifs et une magnifique barbe blanche. On avait tellement envie d’avoir confiance en lui qu’il aurait pu siéger au Congrès. Un faciès accusateur de brave homme ! Il était cuit !
« Un salopard de sérial killer ! Les pires sont les vieux messieurs de ce genre-là ! Personne ne se méfie assez des grand-pères aux bonbons pleins les poches ! » se dit Rickeam, fier de ne pas se laisser prendre à son jeu de sournois.
- Mais enfin, que faites-vousMonsieur ? Demanda l’individu avec une chaude et rassurante voix de baryton.
Le fourbe !
- Shu....Shut up sucker ! SHUT UP ! Lâche ton sac salopard ! Lâche-le ! Hurla-t-il en agitant furieusement son Beretta..
Rien de tel qu’un sac de ce genre pour cacher un fusil à pompe. Rickeam n’était pas né du dernier Big Mac.
- Bien, bien, mais vous faites une méprise incroyable…
- Ah ah ah ! La ferme ! Et laisse tes mains sur la tête ! Tu voulais nous voler, nous égorger dans notre sommeil ? Pour sûr que c’en est une de méprise ; tu croyais peut-être que j’allais te laisser faire ta sale besogne ? Tu n’es pas tombé dans la bonne maison ! Je ne m’appelle pas Mrs. Timplerton, moi !
Ricky jubilait.
- Voyons, voyons mon enfant ! J’ai bien de la peine à saisir votre amphigouri…Je vais m’expliquer ; je venais à cause de vos deux fils, dit-il en agitant une sorte de lettre, Jonathan et Buch. Ils ont été bien sages cette année et…
Il s’arrêta dans son explication en apercevant le regard dément de Rickeam.
- Aaahh ! Kidnappeur d’enfant ! Charogne ! Pédophile véreux ! Voilà à quoi allait servir ton sac ! Tu vas subir la punition divine, sans préavis ! Je vais te renvoyer en enfer, fumier !
- Ecoutez, je vais repartir par la cheminée, j’ai des rennes qui m’attendent et… Je ne reviendrai plus ! » Tenta l’incriminé, pour calmer le bonhomme. Pour prouver ses dires, il porta la main dans sa barbe. Fatale erreur !
- Je t’avais prévenu chien ! Raaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh !!!
Tout en continuant à hurler, Rickeam vida furieusement le chargeur sur l’intrus, emplissant de tonnerre la paisible atmosphère. Pour lui ventiler l’estomac, à cet imbécile.

Le chaos régnait entre les deux fauteuils beiges et le sapin en polystyrène vert non recyclable. Une odeur lourde et effrayante accompagnait l’épais nuage de fumée âcre qui planait dans le salon ; les lumières des guirlandes sur la cheminée brillaient confusément dans cette mélasse. Un champ de bataille à domicile. Pour quelques dollars de plus, payés à la caisse de l’épicerie. Plus un bruit. Puis un grand éclat métallique, suivi d’un tout petit cliquetis, retentirent.







« Pom popo popom… »


L’Homme à la barbe blanche essuya le canon de sa mitrailleuse. Fou le nombre d’objets que l’on pouvait dissimuler sous sa barbe ! Rickeam, quant à lui, gisait joyeusement dans une mare de sang, le corps transpercé par la croix de Jésus que les rafales de l’arme automatique avaient décrochée du mur.
- Hum, la punition divine ! Ricana le barbu.
Avec une conscience toute professionnelle, il rangea alors son arme, replaça la croix au mur avec un petit signe respectueux, attacha un ruban rose autour de Rickeam, reprit allègrement son sac sur l’épaule, et rigola un bon coup :
« Oh oh oh ! »
- So long ! Et joyeux Noël mon petit ! Dit-il avec tendresse.
Il remonta alors par la cheminée, malgré la différence de taille du conduit et de son embonpoint, et ce par un procédé connu de lui seul et dont le secret perdure depuis toujours, sauta sur son traîneau, et s’envola gracieusement, accompagné du doux non-son du martèlement des sabots des rennes, en une accélération fulgurante.
Il était très content du cadeau que lui avaient fait ses lutins cette année. Très utile.
Un métier dangereux qu’il pratiquait là…Comme il l’avait lu dans Noël Malin : « Les barbes sauvent des vies ».


Epilogue


L’année d’après, les enfants de feu Rickeam eurent tout de même droit à un cadeau. Un grand cadeau jaune avec un ruban rouge.
L’explosion détruisit toutes les vitres du voisinage. L’on retrouva un des pieds de Jonathan quelques centaines de mètres plus loin.


Qui a dit que le père Noël n’était pas rancunier ?(<=n'avait pas de mémoire?)

Joli conte, bien dans l'esprit de Noël :lol: :lol:

_________________
Image
Famille veut dire que personne ne doit être abandonné


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Jan 21, 2006 9:37 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Okay, merci des tes corrections :D
Je corrigerais tout ça un jour où j'aurais moins mal aux yeux :) ; je crois que j'ai du retard d'ailleurs :oops:

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Mar 10, 2006 8:37 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Bon, un petit réquisitoire (!!! :mrgreen: ) contre les évènements de la journée et le blocus de mon lycée ; je suis bien contre le cpe, mais aussi contre ce blocus, anti démocratique au possible.
mais je n'ai aucune prétention avec ce machin là ; j'ai abusé sans vergogne d'effets de style pompeux :mrgreen:

En plus avec l'avatar statue de la liberté, j'ai presque vraiment honte :mrgreen:

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Dernière édition par Julianos le Ven Mar 10, 2006 8:52 pm, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Mar 10, 2006 8:46 pm 
Hors ligne
Private Joke
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 25, 2004 12:57 pm
Messages: 1016
Localisation: Dans vos rêves les plus fous mesdemoiselles...
Citation:
Un étudiant aux idées opposées mais néanmoins empreinte de raison et de liberté, et, sinon de vérité, de justesse, est à peine écouté ; on le considère comme un imbécile, un crieur sans autre organe que ses poumons. Il s'oppose et raisonne, eux disposent ou se bidonnent.


Je sais pas pourquoi, mais ça me rapelle quelqu'un... un barbu :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 75 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com