Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Ven Fév 23, 2018 7:24 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Juil 06, 2006 6:04 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
Fuck the world ?

• 01 - Guerre froide ?

Espionnage, conflits, profits, bombardements
Est-Ouest Nord-Sud
Arrangements, traités, conventions, pots de vin
La diagonale du mondial
Internationalité des prises de bec

Ordre mondial de l'illégalité légitimisée par des biftons qui vont payer des pompes à pétrole ou des fabriques d'armes ou des usines ultra polluantes. Là où les soldats travaillent à servir l'asservissement. C'est l'heure de la géopolitique ! On joue sur les tensions. On est calme et impitoyable. Une petite leçon de froideur.

Les mêmes scènes, les mêmes gestes
Depuis des millénaires
Un savoir-faire exceptionnel
Préservé et entretenu à l'insut des pacifistes

Il a fallu se battre pour que ce patrimoine puisse perdurer !

L'homme se réveille.
Sueur sur le front et horreur.
Un cauchemar encore dans l'oeil.

Le briquet n'est pas loin.

Mais quoique le briquet soit
Le trahisons le dépassent, l'accablent

Ce n'est plus le Moi de l'homme qui siffle son asthme dans la nuit
C'est le cri horrifié du monde qui se cogne à son image
Dans le crâne de Lui ou de n'importe qui

Et quand On y pense, putain, On en chie.

Partout le monde se traîne
Et partout c'est la même haine
La même merde qui nous mène

Mais que faire ?
Mais que croire ?
Mais que voir ?
Mais que taire ?

Un monde comme une baleine échouée
Misérable dans le regard des passants
Majestueuse encore pour un écologiste
Détestable pour un aigri
Et de l'espoir pour Willy

Hollywood, tss..., absurde.

Et les murs s'imbibent de tags. No Future.

So what ? Fuck the world ?

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Juil 06, 2006 6:06 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 02 - A skinny western

La paranoïa est notre drogue,
la schizophrénie nos antidépresseurs.

Drogue.
Violence.
Télé.
Illusion.
Apparence.
Putréfaction.

La défaillance se fait chaque jour un peu plus perpétuelle.
Les gens ont mal d'eux même.
Les insomnies nous rattrappent.
Il y a des choses qui balancent notre ego dans un clair obscur glauque.
Comprends-tu, nous ne sommes pas des stars.
Comprends-tu, nous ne sommes pas des milliardaires.
Et jamais on le sera. Faut pas croire.
La décroyance.

Et les cures de ceci et les cures de cela.
Pour finalement se faire humilier.
Devant l'humiliation sacro-sainte de la maladie, de la faim, du froid, et de la pauvreté incachable de notre personne et de notre inconnu.
Notre inconnu c'est un nous qui est blanchâtre et gluant comme un insecte géant d'alien mais avec une face d'humanoïde qui sourit en dévoilant dans ses yeux toute la désillusion que nous trainons comme un cercueil derrière notre dos.
La vie est devenue une lente scarification qui ronge. Et pour se le masquer nous photographions les moments de rires et de plaisirs fugitifs. Nous sommes tous des flics à la recherche du fugitif que nous aimerions être. Mais si nous l'étions ce serait pire.
Et pire que la merde.

Mais en fait tout ce que nous sommes. Je dis nous en tant qu'homme, qu'occidental, que gros couillon affreux et solitaire en cette minute d'orgasme persécutif.
Tout ce que nous sommes et tout ce que nous serons, est rempli dans l'unique désignation d'homme.
Nous ne sommes que des hommes.
Nous ne sommes ni les quinzes démons de l'enfer et des abysses ni les milles dieux de partout d'ailleurs et de nulle part.
Et le seul cri auquel nous aspirons est le cri de la naissance qui clame de tout ses, de tout nos poumons que nous sommes ces célèbres humains et que peut-être on sera moins pourris de la moelle.
Et que peut-être on aura une vie de merde.
Et que peut-être on sera affreux.
Et que peut-être on sera malheureux.
Mais qu'au fond on en sera conscient.
Mais qu'au fond on s'en foutera.

On s'en foutera et ce sera pas mal.
C'est la fin d'un monde et on s'en fout.

Quel panard d'être un petit bourge de français de classe moyenne.
Que faire pour être ?

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Juil 06, 2006 6:07 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 03 - We fuck people dying

Avant hier on a vu que dans la rue il y a des détritus.
Et que sous les détritus les exclus.

Hier, on a vu que dans des pays il n'y a que des détritus.
Et que sous les détritus il n'y a que des exclus.

Aujourd'hui on a appris que ces gens là,
Les exclus,
N'étaient pas des mangeurs d'enfants.
Mais des mangeurs de rien.
N'ont ils pas faim ?

Si.
Ils n'ont rien pour manger.

Etrange.

Et le soir tombait.
Et l'horizon disparaissait.
Et ici, et ailleurs, des gens crevaient.

C'est peut-être dégueulasse.

Mais sans eux, quid de mon confort ?
On les encule, ça nous réussit.
Ça nous réussit en apparence.

Quand le jour se leva,
On sentit bien que nous avions le nez dans le caca.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Juil 06, 2006 6:09 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 04 - La vallée est grise ce soir

Dans la vallée il y a nous morts aux corps amorphes qui dorment tout le jour tous les jours.

Nous nous haïssons avec ferveur.
Et l'horizon est une cendre caillouteuse.
Les accords de violons brisés gisent.
Nous aussi nous gisons.

Et l'une à la gueule édentée poussent un caddie.
Il est pénible à pousser dans les dunes de gris.
Au loin surgit l'agonie d'un clochard.
Et l'édentée peste.
Elle tourne la tête.
Vous croisez son regard.

C'est un regard de terre aride, immense, et plate sans remous ni soleil. Vous suffoquez. Le regard est vide.

Toutes les prunelles du monde vous sont vides.
Quelle horreur.
D'oeil en oeil, vous êtes effrayez.

Et vous n'avez rien pour tuer.
Rien pour détruire ces yeux.

Ces yeux vides.

Vous n'avez rien pour fuir le vide.

Vous avez peur.
Peur comme les autres.

Peur.

Il faudrait l'enculer, pour lui faire comprendre qu'elle nous coince le cul.
Il faudrait bien des choses disent plein de gens.
Et plein de gens m'emmerdent.

Demain on arrête de falloir.
Demain you fuck the world.
Parce que c'est marrant quand même.

Une rue ruinée est couverte par la sable gris et les gratte-ciels se sont affaissés dans des révérences biaisées de bloc granitique baisé.

Devrait-on fourrer l'anus poisseux du monde ?
Parce qu'on s'en fout un peu quand même.

Tout est désastre.
Tout est vide.

Un haïssable type horrible se balade et il est milliard.
C'est moi ? C'est toi ? C'est vous ? C'est nous ?

Tout est trouble.
Et un vent sombre souffle.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:28 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
And a dark wind blows

• 01 - Décharge publique

Quand le vent crie.
Les allées de plastiques et les matelas éventrés comme tapis de merde sur un lit de poubelle.
On t'aimerait presque si tu refoulais moins.

Mais faut pas non plus s'étonner.
Quand on a que le soir à offrir à sa décharge publique.
Quand on a que le soir à sentir mourrir sous les cris des goélands.
Quand on a que le soir à boire sans remords à la face des endormis.
Quand on a que l'espoir à égorger pour se marrer.
Quand on a qu'une décharge dans la ville pour se promener le soir.
Quand on a tout ça et quand on a que ça.

Mais faut pas non plus.
Mais faut pas mes faux pas.
Et mon cul te dit bonjour s'il pouvait seulement t'aimer décharge publique.

Décharge publique. Décharge publique.
Là où les amoureux sont un vieux pneumatique qui sent l'huile pourrie et une commode cramée qui s'en va en petits morceaux au son des moulins. Les amants moisis qui se bécotent sous les becs rieurs et puis quoi et puis merde.

C'est ça va t'en y'aura bien quelque part où aller où crever. Va marcher tu m'emmerdes. Depuis quand les décharges ça marche pas.

Et puis rien. On t'en veux tu sais.
T'es crade on sait. Tout le monde te pisse à la raie.

Les gens qui passent parfois dans les décharges c'est des clodos, des clandestins, des gens pas comme vous, des gens pas comme ceux qui lisent le soir les nouvelles du jour, des gens qu'on sait même pas si c'est vraiment des gens.

Des tâches partout. Bleu, blanc, rouge, vert, jaune, gris, noir, cyan, violet, au-revoir. Partout des tâches.

Hulule la nuit sur la décharge publique.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:29 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 02 - Neutral asocial

Nous sommes là dans la nuit banale des gens qui dorment parce que demain ils se lèvent et le soir ils se recouchent.

Vous êtes là dans les petites angoisses.
Demain au travail.

Et puis... voilà.
Le glauque qui s'attache aux têtes.
L'hypocrisie, la haine balisées pour la survie...
L'existence sociale, l'inexistence solitaire...

Adieu, qu'ils disent les pieds vers les chemins battus par les travailleurs du monde. Adieu plages solitudes, adieu.

Nous y allons.
Nous encastrer dans les castes.

Où est le souffle ?
Cette envie furieuse qui dévorait.

Paupières neutres, tombes granuleuses.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:30 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 03 - le 20 h

La gueule en berne comme une petite pute
Le présenteur fort gris en ces jours de pluie
Balançait les lèvres plissés sa mauvaisse nouvelle du jour.

Cette nuit le baril de pétrole a été assassiné.
Assassiné.
Ass Ass iné.

Pas glop le 20 h.
Ça fout les nouilles aux petits chaussons du bon père de famille dans son fauteuil, ou au petit golden boy tout frais de son après rasage mennen, ou à la femme de ménage de la mairie de Dolus-le-Sec, ou à l'adolescente gloss talons et regard de truite.

Pas glop le 20 h.
Dans la nuit les types qu'ont les nouilles dorment mal à l'aise dans leur souci, le gazole ça va coûter la peau des glands, va falloir faire des heures sup', se serrer la ceinture pour conserver son fuckin' pouvoir d'achat.
C'est vrai ce serait con de pas pouvoir offrir un nouveau mixeur à germaine pour noël. Et la même pour la perceuse de robert, le mascara de sandy et l'épilation mensuelle de marc.

Chaque sombre les morts courent après les hommes.
Et pas de funki dans la nuit, juste le sommeil qui gargouille dans le réveil qui s'approche.

Con la vie hein ?

Pas glop le 20 h.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:31 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 04 - Regarde l'aube

Nous allons tous mourir, repartir et laisser les autres se dépatouiller de notre dépouille.
Tu mourras seule, Tu mourras seul, Lui seul aussi, Elle seule aussi, On seul...

Et regarde l'horizon dans l'aube, tu vois c'est sympa.
Ce petit monde qui prend de la lumière peu à peu sous tes yeux, des fois il pleut, des fois non.

Il n'y a rien à souhaiter là dedans, le vent sinistre impressionne et roule dans tes poumons. Y'a de l'intensité dans le vent.

Tout commence à bouger autour, et nous statiques. Un peu dans la lucidité de la fatigue. Un peu.

Seuls face au monde, détachés.
Un peu désintéressés, fraîchement désenchantés.

Il pleut, le ciel s'engage dans ses nuages, la lumière métallique comme une plainte dans ta tête.

Tu es seule pour voir ça, t'aimerais bien dire à celui dans ta tête, "regarde l'horizon dans l'aube, tu vois c'est sympa" et après t'aimerais le silence, quelques instants, et après t'aimerais tout, tout simple et au-revoir le monde.

Et peut-être que tu es seul pour voir ça, et toi t'aimerais bien avec celle dans ta tête.

Et plus tard en deuil, on cherchera nos nuits cassées.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:35 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 05 - Paris désoeuvré

____T'as vu toi aussi, c'est romantique ce Paris...
____Les petits cafés et les pavés parfois et les rues partout.
____Tu croises des couples qui s'enlacent et s'embrassent, la soirée s'installe.
____Tu souris connard.

____Et tu vois le soleil s'est cassé la gueule le fracas a engendré une lumière acide corrosive sur les visages soudain émaciés ____dans la nuit brusque.

____Y'a-t-il une plainte dans ton coeur ? Non, pas encore.

____Tu déambules en loufoque, tu trouves ça sympa, l'ambiance douceâtre, tout ça.
____Tu regardes tous ces baisers nocturnes bercé et baisé de mélancolie.
Et que vois tu | vous voyez des squelettes qui n'ont ni langue ni lèvre | vous voyez une inexistence qui mime une image de baiser

____Vous êtes seul sentant l'air gras qui émane de vos pieds.
____Vous savez le vent grincer dans les lames métalliques de la grande bite eiffel. La dominante sifflante hallucinant votre air ____ahuri de sa hiérarchie impérieuse. Et vous avez peur de votre domicile fixe.

________AAAAH.

__Votre cri reste mort dans votre gorge asséchée par une vie d'habitudes.

_________________
Image Image


Dernière édition par Fearon le Dim Oct 01, 2006 12:37 am, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:38 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 06 - Hôpital

Youpi Youpa, tu crèves.

T'erres à terre.
La bouche noire dans les têtes et le rouge sang hors des têtes.
Ça a fait boom sur la highway comme un grand gisement de cadavres et d'origami métal.
Waw, il pleut sur la mort et le sang se dilue alors que des boîtes roulantes rouges balancent leur lumière gyroscopique et piquent les seringues de la dernière chance.
De l'adré dans tes veines te rebalance assez de jus pour t'accrocher à ta misère soufflante, jusqu'au terrible lieu de villégiature de l'horreur.

L'hôpital te fonce dans la gueule.

Allongé et dans les vappes tu vois que du blanc et des éblouissements périodiques et de la mocheté puante de désinfection.

Horreur. Horreur.

Totalement à la rammasse tu plonges en ta carcasse dans le grand saut noir du coma. Et pendant ce temps on te charcutes, scalpel et blouse blanche dans tes artères.

Ce jour là la plus mauvaise nouvelle retentit en tes oreilles, tu vis, tu vivras, à l'hôpital. Dans ta chemise trop petite et suintante à te trainer sous les regards ahuris à te faire laver à te faire pisser à te faire manger la même purée salée qui te fait crier en dedans de ton poumon perforé.

Au secours.

A l'extérieur de l'hôpital succession de lucarnes perdues noyées dans la pierre grise, la nuit tombe.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:39 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 07 - Las

Chappes sociales de mailles hypocrites sur des épaules frêles
Les nôtres.

Et dans les crânes la même fureur
Fuir.

Et dans les crânes la même peur
Fuir.

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 30, 2006 5:40 pm 
Hors ligne
Monsieur mal embouché
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Juil 21, 2004 2:07 pm
Messages: 1076
Localisation: Dans un syndrome psychotique refoulé.
• 08 - Passion morte

rue ss [ vv.. ] crrs sw c rr [ takrtakrtakr ] ...
[ vvuuv uu ] slap [ vvvvuu uu ... ] slap.. ..
origami nuit horizon mort cadavre
tak kiss [ sss ] [snirrrf .. ] l. l... .

|||tak|tak|tak|tak|tak .poc. | poc poc
au-revoir [ vrr .. oum ... ] au-revoir
poc . poc . .. po .c . . . . Mmmh
Mmmmmh [ yaa .. a.[ omm.. .. Mmh..

dommage. [ vv uu uv v vvuuuu uv ]
[tic] [tic] [tic [
regret passage temps

[plou] [plou] [plou... [
* **** ***
* ***ed ***

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 72 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com