Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Jeu Nov 15, 2018 11:25 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 90 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Déc 27, 2006 4:09 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
L’art



L’art,
C’est charmer le regard
Le temps d’une œuvre rare
Eradiquer les tares
Vers le Beau, tel Icare

L’art,
C’est comme un monde à part
Plonger dans le miroir
Transcender l’illusoire
Le Vrai sans son brouillard

L’art,
Un affaire à vantard
De ceux qui croient valoir
Mieux que le dérisoire
Et le fond de l’Histoire

L’art,
C’est dompter le bizarre
Le monstre du placard
L’inconnu dans le noir
Vaincre le Cauchemar

L’art,
C’est vivre sans retard
Ne plus observer, voir
Oublier et savoir
Être et ne plus Vouloir

L’art,
Le disque dur démarre
Un jeu de mots se marre
Faire sa rime en « are »
Sans peur de décevoir

L’art,
C’est quand même un sacré foutoir.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Déc 27, 2006 4:31 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
La valse du veau au crâne défoncé



La nuit dans cette plaine
Une plainte résonne
Pleine d’os et de peine
Lent soupir d’un trombone

Descendant du plateau
Quand dorment les bouchers
C’est la valse du veau
Au crâne défoncé

Dans le soir qui s’achève
On actionne le glas
Les mort-vivants s’élèvent
Non vraiment ce n’est pas

De ce genre de valse
De ces gens redevables
Aux couples qui s’enlacent
Et musiciens aimables

C’est le ballet des mouches
La vermine qui lorgne
En morbide escarmouche
Les exquises charognes

Les viandes en lambeaux
Les mains des dépeceurs
Le chaos des couteaux
Et des équarisseurs

Les cadavres immondes
Se tiennent par la main
Dansant dans une ronde
De joie sans lendemain

C’est le rire aussi gras
Les cœurs aussi malsains
Que le plus gros verrat
De tous ces musiciens

Soudain sonne minuit
Plus un son plus un mot
Plus un bruit car voici
Enfin le petit veau

La plaie sanguinolente
Illuminant sa tête
Suinte de sang, béante
Eclabousse la fête

Tout repart il s’élance
S’envole en un salto
Improvise une danse
Au martel des sabots

Quelques gestes rapides
Il se cabre en pirouette
D’un mouvement rapide
Finit dans une assiette

Et c’est la fin

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Déc 29, 2006 1:19 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Regarde ce monde là-bas !


Regarde, et enregistre encore
Cet astre intouchable en errance
Ses bistres te ressemblent fort,
Malgré le vide et la distance

Vois les signaux qu’ils abandonnent
Certains de paix, d’autres de guerre
Quelques chansons, quelques klaxons
Comme le bruit que tu leur sers

Un jour je m’éveille, mon fils
Rien n’a plus que le goût du sang
Une minute et brosse à dent,
Rien n’a plus que le dentifrice.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Déc 29, 2006 1:29 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Traduction


Les vêtements sans âge
Sont bons au bricolage
Quand la maman grelotte,
L’enfant a sa capote
L’étudiant littéraire,
Le sac en bandoulière
Si préfère le soir
Un blouson de cuir noir

Ma grammaire est plutôt creuse
Comme mon vocabulaire
Ma prononciation foireuse
Pour le langage vestimentaire

Pour un monde meilleur,
C’est la chemise à fleur
L’artiste dramatique
En costume excentrique
Un moment de couleur
Pour l’écharpe au bonheur
La lingerie sexy
Pour terminer au lit

Et les jeans de skatteurs
Pour les skatteurs
Les tee-shirts de rockeurs
Pour les rockeurs
Les bonnets de rappeurs
Pour les rappeurs
Les vestes de lover
Pour les branleurs

Si je me fais le chantre
Des mots que je préfère
C’est que je suis un cancre
Pour le langage vestimentaire.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Déc 29, 2006 2:01 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Morpion



Des rondes, des ronds,
Petit patapon
Le cercle et l’anneau
Des boucles, anneaux
Et parfois trigo

Des croix,
Des plus, des fois,
De fer, de bois,
Des gammées,
Des avec des p’tits Jésus

Des gagnées,
Des perdues.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Déc 29, 2006 3:34 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Décolonie de vacances



Chère maman,
Je suis bien arrivé
Le ciel est bleu, la neige est blanche
Les monos sont très sympas,
Et souriants
La route est bien passée
C’était vraiment un beau dimanche
Plein de rire et plein de joie

Première journée sur les pistes
Je suis le meilleur de ma liste
Quand je slalome comme un dieu,
Je prends les bosses et les creux
Je les dévale à toute allure
J’expérimente des figures

J’ai retrouvé de bons potos
Je m’en suis fait quelques nouveaux
Le vieux chalet est confortable
Les bons repas sont agréables
On peut faire foule de choses
Si on le souhaite, on se repose
Il y a une bonne ambiance
Présage de belles vacances

De Claire, pour les nouvelles,
Rien de vraiment exceptionnel

Bon ben, une bien grosse bise
Je ne cours pas pour la reprise
Et profite de ma semaine
Sur ce, ton fils, qui t’aime

Chère maman,
Déjà un bras cassé
La main est bleue, l’ulna est blanche
Pour Claire, je crois que ça va,
Pour l’instant
Les monos sont tarés,
Ils nous gueulent qu’on est des tanches
Frappent au bâton de bois

Le vieux repas est dégueulasse
J’en ai mangé mes deux godasses
Ça n’était pas vraiment malin
J’ai froid aux pieds et aux deux mains
Depuis que j’ai brûlé mes gants
Pour me chauffer un bref instant

Il y a des choses bizarres
On peut plus discuter le soir
Quand un cerbère fait la ronde
Au moindre soupir il nous gronde
Puis les activités manuelles
Font production industrielle
Surtout aux mines diaboliques
De l’équipe pédagogique

De Claire, suis sans nouvelle
Ils ont séparé les donzelles

J’espère être bientôt rentré
J’ignore où tu nous as jeté,
Mais vienne le moindre problème
Je suis ton fils, qui t’aime

Chère maman,
Huit jours dans les tranchés
La peau est bleue, la langue est blanche
La mort nous fauche dans le froid
Et le sang
La guerre a éclaté
Oui, nous prenons notre revanche
Par la force, le combat

Les moniteurs sont retranchés
Dans le chalet, nourris, chauffés
Ils ont réprimé la manif
Contre leurs viols collectifs
En voyant les filles en larmes
Nous avons tous saisi les armes

Et toujours les coups de canon
Qui résonnent dans la station
Les bombes, la ville mitraille
Ce qui décime la marmaille
Nous, nous n’avons que notre enfance
On sent les vivres par l’absence
Le typhus, la dysenterie
S’ajoute au froid et l’ennemi

De Claire, pas de nouvelles
Depuis l’assaut sur la tourelle

Peut-être mon dernier poème
Mais si jamais tu le reçois,
S’il te plaît, maman, souviens-toi
De ton grand fils, qui t’aime

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Jan 22, 2007 8:00 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Ogritude
ou
Cycle sexuel chez l’Ogre du berkaïstan oriental




Scène saugrenue
Les ogres nus
Sous les ogresses
Tout éperdus
Remplis d’ivresse
Et du contenu
De leur bassesse
S’occupent de cul

Un de ces moribonds, mort de fatigue, mort pour de bon après cette gargantuesque gigue, jette un regard en contrebas sur ses deux figues mi-raisin au moment même ou un éclat crémeux de lune perce à travers les bosquets noirs de la clairière des bacchanales. A la pâle clarté de l’astre sélénite, de bien étranges choses…

Quel malheur !
Quel malheur !

Quelle horreur !

J’ai un peu trop de nerf
Une lanière en peau
J’ai un lambeau de chaire entre les jambes

Stupeur et tremblement
Au milieu de l’orgie
Chez l’ogre au membre lent
Qui crie son oraison
« Ogres de barbarie,
Voyez vos illusions ! »

Tous ils voient leurs compagnes
Mais rien de tout cela
Se jettent sous les pagnes
Se jettent sous les draps

Etrange messe
Quand les ogresses
Sans leurs cocus
Ou ne serait-ce
Un seul poilu
Frottent leur graisse
Entre morue
Se font les fesses

Farce grotesque
Quand les ventrus
Trouvent leur maîtresse,
Spectacle cru,
Tombent des nues,
Déconvenue
Où le bât blesse
Moins qu’on l’eût cru

Ah ah maigre queutard
Mâle de bas étage
Vous comprendrez trop tard
A l’âge de raison
Va fulminer en rage
Invoque ton Typhon

C’est ainsi, couvrons-nous !
Et toi, chienne infidèle
Encourre mon courroux
Si encore tu cours, cruelle !

Quel malheur !
Quel malheur !

Quelle horreur !

J’ai un peu trop de nerf
Une lanière en peau
J’ai un lambeau de chaire entre les jambes

C’est pas la liesse
Quant il y a plus
Que la paresse,
De vieux bourrus
Ou des prêtresses
En panne de jus,
Les seins s’affaissent
Rien ne va plus

Mais la jeunesse
Des ogres nus
Plein de tendresse
Sans retenue
A d’autres vues
Où les caresses
Sont bienvenues
Sont revenues

Scène saugrenue
Les ogres nus
Sous les ogresses
Tout éperdus
Remplis d’ivresse
Et du contenu
De leur bassesse
S’occupent de cul

Orgie dantesque
Dans toutes les rues
A chaque adresse
Dieux et déesses
Ont leur salut
Ogre et ogresse
Jamais ne cessent,
Jamais repus

Jamais repus

Jamais repus







Attention : La lecture de ce poème pouvait choquer les âmes sensibles.

_________________
Image Image Image


Dernière édition par Pépère le Mar Jan 23, 2007 11:01 pm, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Jan 22, 2007 8:02 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Point







.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Mar 16, 2007 7:48 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
(contexte : pour le bicentenaire de mon lycée, on a planté "l'arbre du bicentenaire dans la cour)





Buisson tenant de bicentenaire


Symbole, qu’ils disaient. M’enfin s’il avait su…
Ses charmes ne sont plus, serait-ce ça, son sens ?
En attendant un cœur sur ton écorce nue
Dans ton socle rigide un peu d’obéissance

Est-ce que l’on végète, ou que l’on s’enracine ?
Oubli ou triste éloge ? On a parlé de temps,
Deux cents n’affaibliront, l’avenir se dessine,
Mais durer pour l’horloge, surtout sans mouvement…

Symbole, qu’ils disaient ? Immobile et sans nom
Quand on veut conserver, pas de conversation
Il peut être central, quand bien même il grandit !

Mais arrêtons-nous là, symbole, qu’ils disaient
Allez donc prendre l’air, et laissons écoper
Un buisson solitaire à l’ombre des murs gris.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Mar 22, 2007 7:04 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Un poivrot au lourd passé(,) en train de se réchauffer dans un transport en commun(,) voit la vierge.




Le Bure, errant dans, doux radin,
Le bus, et sentant douce à sein,
Le but étant sans doute atteint,
La bue, cessant l’an d’assassin.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Avr 08, 2007 12:56 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Evanescence


Les fantômes s’échappent
Cliquettent leur ferraille ;
A l’aube s’en reviennent

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Avr 24, 2007 2:15 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Calcul mental




Plus de six milliards sur Terre,
Disons la moitié du tiers
Au tout début de notre ère
Supposons ça linéaire

Une estimation grossière
Pour un joli compte rond
Environ dix millénaires
Vingt ans par génération

Trois virgule cinq en moyenne
Ce qui nous ramène
A trente cinq milliards d’années humaines
J’en prends le ln
Et je retire l’âge du capitaine

Douze mille milliards d’années
Quatre millions de milliards de jours
Cent millions de milliards d’heures
Combien de temps à dormir ?

Montrons-nous un peu naïf
Prenons autant de Sisyphes
Que de fainéants oisifs
De puissants que de chétif

Et donc, approximatif
On a des nuits de huit heures
Ce temps plus ou moins passif
Quoique certaines lueurs…

Trois virgule cinq en moyenne
Ce qui nous ramène
A trente cinq milliards d’années humaines
J’en prends le ln
Et je retire l’âge du capitaine

Sept cents milliards d’années
Deux millions cinq cents milles milliards de jours
Soixante millions de milliards d’heures
Combien de temps à rêver ?

Combien de temps à rêver ?

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Mai 04, 2007 7:03 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Sonnet amer





Le monarque énervé piétine auprès de l’âtre
Ses cents pas cadencés aux ombres incertaines
N’écrasent, du faubourg, l’agitation foraine :
La troupe vagabonde y dresse son théâtre

« Mais où sont les bouffons !? Où sont les saltimbanques
Et leur décor branlant quand le rideau s’élève,
Leur pauvre soliloque emplis de nos vieux rêves ?
Ah, tragédie pompeuse et farce de bacchantes ! »

Au milieu du château, il les revoit encore
Mandant son mécénat chaque année jusqu’alors
Dédaignant son pouvoir, ils sont tous au village

Il crie sur son vitrail qui lui renvoie leurs rires
« Crevez, gueux finissants, putains en devenir ! »
Le Roi va se coucher mais ses ouailles s’en foutent

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Mai 19, 2007 3:47 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Le grain




A côté du nez
Au-dessus de la commissure des lèvres
Un grain de beauté
Un grain de beauté, perle de mes rêves

Un grain de beauté,
Ce que j’aime ce nom–là
Sur ce visage parfait
Comme les mouches des dames d’autrefois

Ce n’est pas un simple grain en trop
Ce que je trouve remarquable
Il s’intègre, se fond dans la peau
Comme la pipette d’une bouée gonflable

Ô, amour, puis-je souffler
Dans cette sensuelle soupape ?
A moins que je ne sois tenté
Par ce grain de raisin d’Agape

Ah, oui, combien son jus suave
Doit-il valoir de millésimes ?
Entre l’odeur de choux rave
De pus et de térébenthine

A côté du nez
Au-dessus de la commissure des lèvres
Un grain de beauté
Un de ces abcès, si beaux quand on les crève

Un grain de beauté
Ce que j’aime ce nom-là
Sur ce visage parfait
Comme les mouches qu’on écrase du doigt

Ca en effet, quand on le perce
Il se rapproche
Des insectes que l’on compresse
Et qui font sprotch

Chaque fois que je vois ta balafre
Si érotique
Je sens monter en moi les affres
D’un amour plus que physique

Un grain de beauté
Ce que j’aime ce nom-là
Sur ce visage parfait
Quand je me mouche, ça donne à peu près ça

Je le suppose qui s’enracine
Qui s’étend dans ta chair
Sous-cutanée, pieuvre maligne
Parasite puéricellulaire

Et lorsque je glisserai ma langue
Entre tes lèvres toutes à moi
Je ne chercherai que l’aphte exsangue
Qui doit nécessairement faire contrepoids

Ah, je t’aime, je t’aime,
Ce que je peux t’aimer, mon petit furoncle…

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Mai 19, 2007 4:20 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Cocktail


Au milieu de l’hôtel de ville
On a préparé la salle
Les gens du coin arrivent en ville
Pour le pot municipal

Au mur, d’anciens présidents
Leur drapeau, leurs atours
Sous un tableau de Mitterrand
Une assiette de petit four

Dans un coin un jeune discute
Avec le curé, et l’imam
Un vieux bonhomme hirsute
Et le maire qu’on appelle Madame

Tout le monde se croise sans gêne
Le jeune est tout sourire
Sur la grande table de chêne
Les flûtes commencent à se remplir

Un petit bruit de bouchon
Des champignons en croûte
Quelques rondelles de saucissons
Des quiches qui s’ajoutent

Des gâteaux du père Philippe
Du layon de chez Brigitte
Chacun participe
Et tout le monde en profite

C’est le pot de l’amitié
Fleuron de la République
Peut importe ce qu’on a voté
Du moment qu’on est sympathique

On a dressé la belle table
Nappe blanche de qualité
Des personnalités, des notables
Commencent à s’approcher

En livrée quelques serveurs
Desservent la grand salle
Sur le côté un grand traiteur
Propose un buffet original

Dans un coin le jeune discute
Même s’il a bien grandi
Il observe et il ausculte
Le cocktail pour son parti

Ça et là des groupes se forment
Des hommes s’agglomèrent
Près du ministre, un clan énorme
Les élites s’adressent au maire

Un petit bruit de bouchon
Voilà ce qui manque sans doute
Au milieu des inventions
Subtiles et luxueuses, coûte que coûte

Des feuilletés à la tulipe
Des beignets de roses frites
Des grands crus pour le principe
Et les technocrates qui s’invitent

Cocktail…
Un bestiaire de fairy tail
Des rupins en arsène
On se croirait au XVIII à Vienne

Le prolétaire s’effraye
C’est nous qu’on paye !
La ruche et ses reines
On se croirait au zoo de Vincennes

Le jeune, qui ne fait plus son âge
Revoit le rouge et le fromage…

Il recense ses erreurs entassées
Il repense au pot de l’amitié
Il romance un souvenir embué
L’innocence d’une flûte de Vouvray

C’est le pot de l’amitié
Fleuron de la République
Peut importe ce qu’on a voté
Du moment qu’on est sympathique

_________________
Image Image Image


Dernière édition par Pépère le Lun Aoû 13, 2007 9:22 am, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 90 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com