Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Dim Mai 27, 2018 4:53 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 90 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Sep 22, 2006 6:28 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Imprécantes oracles



Oyez, mes malheureux, mes innocents amis
Que le règne pendable aux juges assombris
Cherche à voir dans la lie des rêves misérables
Vous arrachant, déchus, du droit de vos amours

Car il est un danger, dont les terribles bruits
Trompettes irréelles, résonnent à nos huis,
Troublants nos panacées, nos fiertés mémorables.
Ces fantômes voudraient bien devenir vautours

Unis, voilà le mot, voilà tous nos espoirs
Résistants, valeureux, aux nécessaires luttes
Qui embrasera, tôt, la campagne et les villes

Unis, sinon déjà s’effrite le regard
Et s’avancent, brigade, les caméras qui scrutent
Alors votez utile.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 23, 2006 1:39 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Triton




Y a le ding dong de la sonnette,
Un peu poli, trop solennel
Et le dring dring des bicyclettes,
Le rire d’une demoiselle (c'est un rire de demoiselle)

Il y a l’alarme qui alerte
L’annonce de Roissy, si belle
Les acouphènes dans la tête
Les portables dans les ruelles

Y a les bovins et leur clochette
De la musique à leur échelle
Comme militaire et trompettes
Le clairon criard des querelles

La cloche de l’église en fête
Le muezzin à ses fidèles
Le tocsin bravard des tempêtes
Et le sombre glas sans appel

Mais la sonnerie du Lycée
C’est comme un accord déloyal
Comme un concept inachevé
D’un grand cubiste musical

Ainsi ce cri abominable
Cette onde défigurant l’air
Est probablement la coupable
De bien plus d’un échec scolaire

Mais la sonnerie du Lycée
C’est comme un accord déloyal
On se demande ce que fait
Notre Education Nationale.

_________________
Image Image Image


Dernière édition par Pépère le Ven Mai 04, 2007 7:13 pm, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Sep 23, 2006 1:48 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Sonnet grégaire



Quand sonnera l’arbitre, ou l’Hymne National,
Quand viendront les défis des soirs de bacchanales
Quand un acte ou un mot jugera nos repères
Dans l’instant sans qu’on sache où l’on gagne où l’on perd

Quand tous nous feront front, assaillant nos défenses
Pour préserver l’ambiance et renforcer l’union
Sacrifions le pardon et notre intelligence
Concession d’avenir, erreur d’appréciation ?

Car quand notre morale, au moins notre bon sens
Devra tout planifier, pour eux où est l’absence
Il y a tant à perdre, et si peu à gagner

Le cortex aura beau invoquer la raison
On sait bien qu’elle ignore un résultat de dé
Parfois être un ami c’est aussi être un con.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Oct 08, 2006 5:16 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Un plat froid




Ce soir c’est le grand soir
J’enfile ma cagoule
Un haut sombre qui moule
Faut pas qu’on puisse me voir

Toutes façons c’est nuit noire
Dans la cape, roulée en boule,
La corde que j’enroule
Et pléthore d’accessoire

Il a fallu que j’les déniche
En fouillant dans toute la maison
Couteau suisse et pied de biche
Y a même un tire-bouchon

J’ai l’impression désagréable
D’être un commando fasciste
Ou un fanatique détestable
A penchant terroriste

Si je m’habille comme un tueur
C’est pas pour le plaisir
J’arrive pas à en rire
Voleur, voilà ton heure

J’arrive et je me gare
C’est calme et silencieux
J’attends encore un peu
Et puis j’éteins mes phares

Je sors sous le regard
Désapprobateur de Dieu
Rien que lui en ce lieu
Il est déjà si tard

J’avais étudié la serrure
Mais d’toutes façons chuis pas un pro
J’défonce la porte à coup de marteau
Et m’introduit dans l’ouverture

J’ai l’impression désagréable
D’être un barbare stupide
Un violent doublé d’un minable
Ca m’fait bizarre au bide

Si je me fais de telles frayeurs
C’est pas pour le plaisir
Je stress à en mourir
Voleur, voilà ton heure

Je sais, se venger, c’est pas bien
De toutes façons ça sert à rien
Il me rendra pas son butin
Ce fils de catin

Je suis aussi rationnel que vous
Mais ça peut pas toujours tout
Moi aussi j’y croyais très fort
Mais ce coup-ci il faut un mort

Si c’est pas lui, c’est de désir,
De colère ou de dépression
De chais-pas-quoi que j’vais mourir
Il faut qu’j’évacue la tension

Chuis désolé,
L’affect a eu raison de ma volonté

On voit rien dans les couloirs
Heureusement j’ai le plan de la base
J’en arrive à la deuxième phase
Jusqu’ici pas d’histoire

Je suis en approche au réfectoire
Je me sens un peu kamikaze
A moitié fort, à moitié naze
Et là près de l’armoire…

Je me revois glissant l’argent
Dans la fente prévue à cet effet
Et mon gâteau coincé dedans
Les gens qui m’empêchent de le tabasser

Je suis enfin devant le coupable
De mes dernières nuits d’insomnie
Je sors la batte de mon cartable
Et j’tapote sa carrosserie

Défoncer le distributeur
Sur le coup ça m’a fait plaisir
Après il a fallu courir
Voleur, voilà ton heure

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Oct 18, 2006 6:22 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Le chouchou


Julien, c’est un mec,
L’est tout pâle et tout sec
Toujours à la r amasse
Julien, l’est dans ma classe.

A la sortie de l’école
Quand il part avec ses parents
Qui ont l’air d’avoir la vérole,
Moi je dis à ma maman

Ben d’abord, c’est pas normal
Il bosse pas spécialement bien
Mais quand c’est lui qui nous fait mal,
La maîtresse le prend par la main

Quand il fait une bêtise,
Il est pas trop puni
La fois où il a tâché sa chemise
Ces parents ont rien dit

Il a toujours des cadeaux
Un super nouveau vélo
Et son papa est sobre
J’crois même qu’y vont faire Noël en octobre…


C’est pas juste !
C’est pas juste !

Eh ben, eh ben, tu sais,
Aujourd’hui dans la cours
Au chat, il est tombé
Aussitôt la prof accourt

Bon, voilà il s’est fait mal
Mais rien que de très normal
- Il saignait ? demande maman
- Pas de quoi faire un pansement,

Mais maman, c’est dégueulasse !
La prof n’aurait que dédain
Pour un autre de la classe
C’est un vrai chouchou Julien !

Pi d’abord, c’est pas normal
Il bosse pas spécialement bien
Mais quand c’est lui qui nous fait mal,
La maîtresse le prend par la main

Quand il fait une bêtise,
Il est pas trop puni
La fois où il a tâché sa chemise
Ces parents ont rien dit

Il a toujours des cadeaux
Un super nouveau vélo
Et son papa est sobre
J’crois même qu’y vont faire Noël en octobre…


C’est pas juste !
C’est pas juste !

C’est alors que ma mère
Pour ne pas me dire « ta gueule ! »
Me hurle « vas-tu te taire ? »
J’comprends pas et j’me sens seul

Elle crie, les larmes aux yeux
Et moi j’en prends pour mon grade
Après s’être calmée un peu,
Elle me lâche « Julien, il est malade »

C’est pas juste
C’est pas juste.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Déc 02, 2006 5:58 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Brother




Il était jeune, bien fait et sans manière
La fierté de son menuisier de père
Et de sa mère, une dame adorable
Qu’avait perdu jadis sa tête dans une étable

Lui toujours là, pour aider, travailleur
Pas bagarreur, mais un peu trop rêveur
Jugeait son père, lorsqu’il rentrait très tard
Des soirées entre amis, de biens joyeux fêtards

Et Momo, Momo

Ils étaient douze, et remplis d’idéaux
Chez tous les jeunes, c’est comme la libido
Ça évolue, ça varie avec l’âge
Parfois ça prend de l’ampleur, souvent on tourne la page

En attendant, le club des cheveux longs
Faisait des vers, écrivait des chansons
Mais à quoi bon, quand bientôt l’on reprend
La profession de ses parents et grands parents

Et Momo, et Momo

Et puis un jour, le beau jeune homme a dit
Allez les gars, cette fois on agit
Et c’est parti, les autres l’ont regardé
Plusieurs ont rigolé mais tous on hésité

Puis son charisme, et l’amitié faisant
Tous ils ont pris les routes et les champs
En survivant surtout grâce à la manche
Ou en donnant parfois des concerts le dimanche

Et Momo, et Momo

Les mois de creux succédaient aux bons jours
Quelques erreurs, des morceaux de bravoure
Quelques miracles, de la motivation
Pas de quoi faire sans doute une nouvelle religion

Avec le temps, l’idéal a baissé
Avec le temps certain se sont fixés
Au grès du vent, des villes et des villages
Au grès des occasions, des femmes et des mirages

Et Momo, et Momo

Vers la trentaine, il ne restait que lui
Toujours partant, comme s’il n’avait vieillit
Toujours souriant, et encore debout
Même si des jours durant il n’avait pas un clou

Puis par hasard, il rencontra Momo
Ami d’enfance, un du même hameau
Tout emballés, ils ont fondé un groupe
Encore maintenant, souvent, on les voit dans les scoops

Et Momo, et Momo.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Déc 02, 2006 6:07 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Micro génération




Chuis pas un enfant,
Je suis un jeune
J’préfère à maman
Ma playstation

Je suis pas une gosse
Mais une teenager
J’veux plus des carrosses
Mais des chanteurs

On marche, maintenant
Dans la cour des grands
Celle où y en a déjà qui fume.
Pour grandir faut l’vouloir
Faut lâcher l’bavoir
Et on en bave, mais on assume

Dans le bus, le matin, on s’moque des p’tits
Parce qu’ils sont pas grands
Ils sont stupides, et malpolis
Et y s’croient marrants

R’marquez y en a d’mon âge
Quand tu vois leur vêtement
Au lieu de treize, normal
Toi tu leur donnes douze ans

Que ce soit clair,
Le système scolaire
J’en ai rien à cirer
C’est des conneries
C’est même pas la vraie vie
Celle qu’y a à la télé

Moi mon grand frère y r’garde le foot
Je l’regarde avec lui
Quand y a ses potes y m’dit d’aller m’faire foutre
Alors j’l’insulte aussi

Non parce qu’y faut pas croire
Nous autres prépubères
Que l’on ait des devoirs
Envers tous nos grands frères
Qu’on reste dans le noir
Qu’on ait pas l’droit d’être fier

Enfin, je me dis,
A cet âge aussi
J’étais pas malin
Il faut du recul
Pour voir qu’on était nul
Mais j’ai quinze ans demain

J’ai plus de playsation
Mais un nouvel ordi
Et j’aime bien ma maman
C’est elle qu’à les crédits
Je veux pas de carrosses
Mais un beau scooter gris

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Déc 07, 2006 6:17 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Constat débonnaire de l’absurdité d’une quête consommatoire.




Les riches, les classieux
Sont vraiment aux nerfs, eux.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Déc 07, 2006 6:28 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Coupable !



Ce matin à mon huis
J’ai croisé les voisins
Observant ma sortie
D’un ombrage malsain

L’amitié qui nous lit
Moi et mes camarades
La fierté du pays
Echappe à ces malades / les laissent bien de marbre

Ça n’a rien d’une envie
On a besoin de faire
Là où les autres fuient
Ce qui est nécessaire
Nous sommes l’espoir

Courageux, le fusil à l’épaule
Chargé de tambours et de casseroles
Croyez pas les journals, si je part au levant
C’est pour traquer le mal, et les zombis volants

Si le caporal crie
Hé les gars, haut les cœurs !
Viscère en spaghetti
Ce n’est qu’un haut-le-cœur

La harangue s’éraille
Et son teint a jauni
Quand sonne la bataille
Se taisent les non-dits

Alors le vil instant
Crache sa tyrannie
Sa stupeur et son sang
Sans entendre les cris
D’un au revoir

Courageux, le fusil à l’épaule
Chargé de tambours et de casseroles
Croyez mon caporal, si je charge à l’avant
C’est pour vaincre le mal, et les zombis volants

Et le dormeur du val,
D’un vallon endormi,
Il me voulait du mal
Oui c’était moi ou lui

J’ai rien vu j’ai rien dit
Non c’est pas moi d’abord
Et à mon humble avis
Il était déjà mort

Et partout des ancêtres
Et partout des banshees
Indescriptibles êtres
Ou dragons racornis

Regardez celui-ci
Qui vient de tourner bride
Vous n’avez pas senti
Son haleine fétide ?

J’en entends toujours plus
Un coup dans le coccyx !
Je chute dans l’humus
La lumière faiblit
Merci bonsoir

Trop sérieux, fusil changé d’épaule
Chargé de rouilles et de formol
Si mon brancard est sale, et j’ai les pieds devant
Tout cela vient du mal, et des zombis volants.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Déc 19, 2006 9:24 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Toto


N'en déplaise,
Les Mathématiciens, même les magistraux,
S'ils le taisent,
N'imaginent pas moins de zéro et zéro.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Déc 23, 2006 3:43 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
La Grande démystification



Dans les eaux du Club Med
Les nageurs ne nagent plus
La poussée d’Archimède
A disparu

Les yellow submarine
Rien moins qu’un peu surpris
Tombent dans des ravines
Et la claustrophobie

On avait l’habitude
Du poids qui s’escamote
Dans nos choix nos études
Les gros porte-avions flottent

Mais les poissons se noient
Hurlent à perdre haleine
Les dauphins j’en parle pas
Les marins, les baleines

D’Hawaï à Istanbul
Naufrages sont légions
Pire : le vermicelle coule
Au bas de se bouillon.

J’aurais crié à l’aide
Mon bateau ne flotte plus
La poussée d’Archimède
A disparu

Dans ma barque, pépère,
Je lisais Don Quichotte
Juste avant y avait l’air
Juste après y a la flotte

Si j’inspire, tout à coup,
Me voilà ridicule !
Je coule dans la boue
Et mes poumons me brûlent

Au feu, Poséidon !
Au fond, posé, hideux,
Je vois de mes yeux ronds
Un lutin malicieux

Je ne sens plus mon corps
Et je parle sous l’eau !
Dans cet humble décor
Je rejoins le nabot

Il me dit je suis Ted
Ondins des eaux perdues
La poussée d’Archimède
A disparu

J’ai demandé Pourquoi ?
En haussant les épaules
Il a dit Pourquoi pas ?
Ben ça m’a fait tout drôle

Il me raconte alors
Son boulot peu banal
Quand on plongeait un corps
Il se donnait du mal

Je soutiens, suspicieux
Vous faîtes donc en fonction
Des masses molaires, et mieux ?
Coup d’bol qu’il me répond

Ou plutôt camouflage
Mon action se maquille
Mais c’est plus de mon âge
Pour bibi c’est la quille

Pendant que je décède
Je reprends la tenue
La poussée d’Archimède
Est revenue.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Déc 26, 2006 5:46 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Hein ?




Paf !

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Déc 26, 2006 5:47 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
L’Alchimiste



Au plus profond des nuits,
D’une maison obscure
On ouïe des sons furieux
De choc et de ferraille

D’éclatantes fusées
Illuminent les murs
Des nuages curieux
S’échappent des murailles

Complotant ses potions
Manipulant l’éther
Le benzène et l’amiante
De bien étranges schistes

Arrangeant les cailloux
En chimérique pierre
C’est là qu’expérimente
Un savant alchimiste

Pittoresque squelette
Aux mains arachnéennes
Le crâne échevelé
Et la barbe pareille

Des rides fatiguées
Un lobe orné de cernes
Ses yeux, rougis d’ardeurs
Ont perdu le soleil

Son grand laboratoire
Au fin fond de sa cave,
Drôle d’architecture,
Est un précieux fouillis

D’insolites armoires
Jonchées de parfums suaves
D’improbables lectures
De fioles et d’outils

Dans un coin du mercure,
Lourdes évanescences
Des règles, des mesures,
D’enivrantes fragrances

Ici, la distillerie
D’exotiques substances
Là, un grain de folie
Un gouffre de démence

Et lui qui se démène
Qui danse en automate
Un grotesque ballet
Au milieu du fourbi

Il saisit et égraine
Des cuivres, des nitrates
Quand le diable lui-même
Se sent prit de tournis

Il est seul, et s’active
Devant son alambic
Toujours les mêmes gestes
Maintes fois répétés

Tant d’années en dérive
Pour la pierre onirique
Du plomb, encore un zeste
Et voyons voir, qui sait…

On n’a pas déblayé
Le bois de la toiture
Les blocs de la maison
Les gravats des murailles

Ces ruines effondrées
Unique sépulture
Le bruit de l’explosion
Furent ses funérailles.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Déc 26, 2006 5:47 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
C’est une honte mon bon monsieur !



Que soient les minéraux !
Vivent les végétaux !
Sentent les animaux !
Homme, ait ton cogito !
Mais que fait la société ?

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Déc 26, 2006 5:48 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Paf ?



Hein !

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 90 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com