Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Dim Oct 21, 2018 12:00 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 19 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Oct 24, 2005 9:57 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Enfin retentirent des fracas d'armes, et l'odeur de poudre se répandit jusqu'aux nez délicats de Blaque et Timermor.
- Quel tocard cet Olrick, ce n'est que maintenant qu'il commence à tirer sur les indigènes. Erreur stratégique de premier plan… déclara Blaque avec un rictus méprisant, sans prendre aucunement en considération les hurlements déchirants des pauvres victimes.
- En effet…répondit distraitement l'autre qui ne savait d'ailleurs même pas si c'était à lui que le capitaine s'adressait. Les sourcils froncés et les doigts triturants sa barbe, il lorgnait les manœuvres des Shadocks sans bien comprendre à quoi cela allait les mener. Avec sa rigueur scientifique si cher à la tradition Shembraysienne, Timermor nota les caractéristiques de la pompe. C'était une barre métallique simple avec deux plus petites barres perpendiculaires à celle-ci à chaque extrémité. Le corps de la machine était plus complexe. Enfin, il plaisait Timermor de le penser. Les créatures abattaient leur besogne à un rythme infernal, et l'issue de tout ceci présageait une débauche incroyable de technologie et d'effrayantes libérations de puissances infernales qui fulgureraient la structure même de l'espace et du temps. Poussé par la curiosité, Timermor amorça un jeu de jambe compliqué qui lui aurait permis de s'approcher sans se faire remarquer par les shadocks. Après quelques mètres où tout semblait bien marcher, un énorme rire secoua la grotte.
- Ce que vous êtes ridicules à marcher comme cela philip ! Une vraie tarlouze !
- Vous venez de casser toue ma discrète approche, sinistre abruti !
Mais comme les Shadocks semblaient s'en ficher éperdument, Timermor pu contourner l'objet pour observer sa suprême technologie…Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il s'aperçut que le support n'était rien de moins qu'une boite vide !
- Mais…Mais…Mais il n'y a rien !! Mais par la barbe de mon trisaïeul du côté de mon père, qu'est ce que vous foutez ? hurla celui-ci de frustration.
- Que se passe-t-il philp ?
- Il se passe que ces emplumés pompent pour rien, et qu'on va se faire flinguer par les hommes d'Olrick, voilà ce qu'il se passe ! Moi qui croyais que ces choses allaient nous aider !
- Mais enfin calmez vous old-chap, ils ont peut être un coup de pompe ! blagua Blaque en se sentant soudain tout seul dans l'immensité de l'univers…
Un des volatiles tourna la tête vers Timermor le fixa de ses yeux globuleux. Le professeur en eut la chair de poule.
- Hey philip, vous avez la chair de poule face à ces poulets là ?
- Vous avez fini de dire des conneries !!! s'énerva l'intéressé
Puis il ouvrit le bec (le shadock, pas l'intéressé) :
- Il vaut mieux pomper et qu'il ne se passe rien plutôt que d'arrêter de pomper et risquer qu'il arrive un malheur.
- Gh. Fit le professeur estomaché.
Blaque ne valait guère mieux dans le genre. Ces créatures étaient dangereuses et folles : penser ainsi était contraire à la raison : il fallait les arrêter avant qu'il ne se passe rien !
Plusieurs sifflements bouleversèrent le calme de l'air. De pourpres traînées tachèrent le jaune primaire et combien horrible des créatures. Les cervelles explosèrent, les tripes se vidèrent et des viscères se répandirent partout sur le sol
- Venez philip, à l'abri !
Les deux compères se cachèrent derrière un rocher. Quand aux shadocks, ils restaient sous le feu nourri des hommes d'Olrick ; il en arrivait même d'autres pour continuer à pomper et ne pas faire s'arrêter la pompe.
- Go go go ! s'écria Olrick en déchargeant sa dizaine de pistolets au ralenti sur les monstres.
- Ah ah ah ! riaient sadiquement les hommes d'Olrick en les descendant à bout portant. Il y en avait partout ; des plumes, des débris de corps et du sang pleins les parois et la machine. Les derniers shadocks qui arrivaient glissaient sur les fluides répandus de leur compagnons avant d'arriver à la machine.
- Let's burn ! hurla un autre en balançant des grenades incendiaires qui consumèrent les shadocks en une délicieuse odeur de poulet roti.
- Pathétique…annonça Blaque
- Ouais ; c'est la première fois qu'une extermination me ravis.
- C'était une purge nécessaire.
- Et si on en profitait pour aller jeter un œil au vaisseau là bas, mmmhh ?
- Le vaisseau de ces horreurs ! Ah non !
- Mais non Blaque, réfléchissez deux secondes ; vous croyez vraiment que des bestioles pareilles aient pu survivre deux-cents ans après le crash de leur vaisseau ?
- Pas faux.
- Alors allons-y !
Et ils allèrent...Laissant Olrick et ses copains s'amuser, ils se fondirent dans les ombres et parvinrent jusqu'à la nef. Car c'était bien une sorte de nef ; un genre de ballon mais en plus solide, mais sans ballon en fait. Plus solide car Blaque grognait encore en tenant son pied.
- Mais qu'est ce qui vous a pris de frapper la coque du pied ?
- Je ne sais pas trop ; je pensais qu'il allait se passer quelque chose qui…
"Braddaaraaooommmm"
- J'espère que vous n'avez pas gaffé !
- Mais non, vous avez entendu comme moi le bruit ! C'est sûrement une porte qui vient de s'ouvrir !
Timermor leva les yeux au ciel, enfin, au plafond de la grotte, et se dépêcha de les ramener vers le sol parce que le plafond bougeait bizarrement.
- Au lieu de bailler aux corneilles, venez, j'ai trouvé quelque chose !
En effet, Blaque avait déniché une énorme protubérance rouge sur lequel était inscris "fladublghkt". Sans attendre le moindre conseil que Timermor n'aurait pas manqué de donner et que de toute manière il n'aurait pas écouté, le capitaine appuya prestement sur la chose qui s'enfonça doucement.
- Attention ! hurla Timermor qui se jeta sur le capitaine en le poussant violemment, pour le sauver d'une mort horrible, et parce qu'en plus il éprouvait un certain contentement sadique à le faire.
- Espèce de militaire ! On ne vous a jamais appris à Shembray Point qu'on ne reste pas devant une porte quand on l'ouvre ?
- Mais je…
Vous auriez pu mourir, et qui aurait sauvé le monde des griffes d'Olrick ? Et que va donc penser votre maman ? Hein ? Vous croyiez qu'elle aurait été fière votre maman ? Quelle peine pour cette pauvre femme !
- Bouhouhou j'lai pô fait exprès !! fondit en larme le capitaine.
- Bon allez allez, c'est pas si grave…consola Timermor en lui tapant dans le dos.
Quelques épanchements et trois mouchoirs du professeurs souillés à jamais plus tard, Blaque avait repris du poil de la bête et lissé sa fine moustache.
Et ils pénétrèrent dans l'étrange cigare…
- Aïe ! s'exclama Blaque tout surpris en se tenant le genou cette fois.
- Qu'y a-t-il ? s'enquit Timermor en soupirant.
- Le vaisseau !
- Hé bien quoi ?
- Il m'a donné un coup de pied !

Un silence de mort tomba sur le petit groupe, un silence glacial et immortel, seulement troublé par le vacarme d'une fanfare philharmonique de trombones électriques…
Les deux hommes continuèrent tout de même à avancer, courageusement. D'autant plus bravement que la porte coulissante ne voulait pas s'ouvrir de l'intérieur.
- Après vous philip ; c'est à l'home de science d'ouvrir la marche vers le progrès !
L'autre se rendit à l'invitation de son collègue en relevant la tête avec la petite impression de s'être fait manipuler.
Leurs bottes résonnaient dans le vide du vaisseau ; le couloir dans lequel ils évoluaient était faiblement éclairé par des lueurs bleutés émanant des parois. Le professeur constata que c'était le métal même dont était constitué le vaisseau qui était luminescent. Enfin, ils débouchèrent dans un espace étendut plongé dans la même pénombre céruléenne. Le deux hommes explorèrent le lieu pas à pas. Grand et circulaire, il semblait qu'il s'agissait d'un genre de pièce centrale du vaisseau d'où partaient les artères vers les différentes parties de celui-ci.
- Bon et maintenant ? demanda Blaque.
- Qu'est ce que vous voulez que je vous dise, que nous sommes enfermés dans un vaisseau extra-planètaire d'une race inconnue et d'un niveau technologique bien supérieur d'où nous ne risquons pas de ressortir vivant ?
- Hé bien oui, plus ou moins, cela permettrait de clarifier les choses…
- BONJOUR, JE SUIS L'ORDINATEUR CENTRAL DE CE VAISSEAU. BIENVENUE A VOUS ETRANGERS
Ils sursautèrent à l'écoute de cette voix sépulcrale et métallique.
- Sa…Salut ? risqua Timermor
- SALUT ? imita l'ordinateur.
Le fait que l'ordinateur semblait se ficher de sa gueule réveilla l'amour propre du professeur qui lissa sa barbe, sortit sa pipe, l'alluma noblement, tira dessus deux ou trois fois, et fixa effrontément le premier mur que son regard rencontra. L'effet fut un peu cassé par le " JE SUIS DE L'AUTRE COTE" de l'ordinateur, mais enfin, le cœur y était.
- Alors, peut être pourriez vous d'abord vous présenter ! Sans compter que ce serait plutôt vous l'étranger, ce me semble ! Et vous ne pourriez pas faire quelque chose pour cette lumière et cette voix qui ne fait peur à personne et qui nuit à la bonne réalisation de nos relations ?
Aussitôt dit, aussitôt fait. Une lumière douce illumina la pièce, qui sembla soudain bien plus accueillante ; un chalet de montagne de l'espace en quelque sorte. De longs fauteuils entouraient une table basse centrale en bois clair et fin, et même ce qui ressemblait à un mini bar semblait apparaître dans un coin. Le grand luxe dans lequel on retrouvait un petit peu de la grâce Shembraysienne…
- Cette voix ci vous sied-t-elle mieux ? s'enquit l'ordinateur d'une voix sensuelle de jeune femme cultivée et sexy ; à la fois chaude, accueillante et profonde…Voix accompagnée d'un hologramme très bien assorti.
- Oh mais oui, à merveille ! déclara Blaque en tirant sur sa moustache blonde.
- Great ! rajouta Timermor.
- Très bien ; puisque nous voilà partis sur de meilleurs bases, je vais pouvoir vous résumer la situation. Ce vaisseau s'est échoué sur cette planète primitive il y a deux cents de vos années ; la coque était trop endommagée pour que l'on puisse redécoller, néanmoins je parvins à le dissimuler dans cette grotte pour ne pas troubler l'écosystème de la forêt…
- Ben tiens ! dit le professeur Si c'est en perturbant l'écosystème de la grotte que des créatures comme celles que nous avons aperçues tout à l'heure ont vu le jour, vous savez où vous pouvez vous les mettre vos précautions écologiques ?
- Non, je ne sais pas ? Où donc ?
- Laissez, mon ami s'exprime parfois dans une langue un peu châtiée mais il a un très bon fond. Dit Blaque en reniflant un à un les bouteilles du mini bar à la recherche d'une odeur connue. Continuez.
- J'ai fini.
- Quoi c'est tout ? Et les histoires de trésors intergalactiques et les créatures extraordinaires de l'espace ? s'exclama très vite Timermor
- Ah ! Vous parlez de ces mystères dévoilés à l'Humanité qui permettraient d'arriver à son âme d'atteindre un nouveau niveau de conscience et à sa civilisation de prospérer vers l'infini de la connaissance et de la sagesse, agrémentés du contact avec de nouvelles et inconnues entités ?
- Oui ! firent-ils à l'unisson en se préparant aux épreuves qu'il leur faudrait passer pour atteindre ces merveilles que l'ordinateur leur dévoilait…
- Prenez le couloir à droite et vous y êtes ! conclut l'hologramme.

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Nov 05, 2005 9:08 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Nos deux compères restèrent un moment comme deux ronds de flanc, se demandant si l'ordinateur les avait compris et s'ils l'avaient eux-mêmes compris. Ils se demandèrent ensuite si le fait que toutes les connaissances possibles et innimaginables leur étaient accessibles à quelques pas devait les subjuguer de sa majesté et s'ils devaient alors respecter un receuillement béat de trois jours avant de franchir la symbolique distance, mais ils arrivèrent rapidement à la conclusion qu'ils n'en avaient absolument rien à foutre et s'engagèrent gaillardement dans la coursive.

Evidemment, pour accéder au savoir absolu, il était necessaire de passer de saintes épreuves afin de prouver sa valeur. Après donc avoir éviter les flèchettes au curare, le roc de trois tonnes, la trappe camouflées, le formulaire administratif, l'armée de pygmés et le lac de feu, résolu l'énigme du professeur de philosophie et du marabout'd'ficelle et enfin avoir sauvé deux princesses, un politiciens (qu'ils lâchèrent finallement dans le lac de feu) et la famille Adams, ils arrivèrent au bout du couloir.

Mais là, stupeur ! Sur la porte de chêne londonien était placardé un écriteau blanc où étaient gravées de grandes lettes qui semblaient de sang mais qui étaient en fait de feutre, comme écrites d'une main tremblotante et nerveuse, et qui signifiaient : Je reviens dans deux minutes
-Mon dieux !
-Arg !
-Ô rage et desespoir !
-Maman !
-Pomme de terre !
Les deux tocards toqués gémissait de déchirement.
- Qu'allons-nous faire, pleura Blaque.
Timermor se reprit alors, arborant un visage soucieux...
-... Que diriez-vous d'une partie de scrabbl...
Mais il fut soudain interrompu par un bruit incongru, et tout deux se dressèrent, l'oreille aux aguets et la truffe au vent. Un bruit de chasse d'eau.
Alors la porte suivante s'ouvrit, et un petit employé à tête de fouine en sorti en rajustant sa ceinture. Il passa tranquillement entre les deux hommes qui le buvaient littérallement du regard, ce qui est fort étonnant, littéralement parlant, et, sans un regard pour eux, entra dans le sanctuaire.
Et referma la porte, devant nos amis sur le cul.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Nov 11, 2005 3:03 pm 
Hors ligne
Homo sapions sapions

Inscription: Jeu Sep 09, 2004 6:52 pm
Messages: 2015
Localisation: Novascholastica
Blaque ne savait trop pourquoi, mais il aurait bien mis son poing droit en incrustation temporaire sur la face de cette étrange de créature…Quelle face d'ailleurs ? Il n'arrivait déjà plus à savoir quelle sorte de visage il avait au juste. Demandant à son collègue, l'autre ne pu non plus l'aider. Fort, et stupéfaits, de cette découverte, leur curiosité n'en fut qu'accentuée. Le capitaine avança vers la porte mais un horrible et effrayant chant tribal retint sa main : "AaaaaaEeeeeeeIhhhééééééé Ahhh ! Yohhiiihhhééééé !" qui s'en allait croissant dans les aigus et dans la puissance. A chaque fin de chant, l'on entendait distinctement des "clacs" effrayants. Le son ne semblait même pas se soucier des murs en leur demandant même un tant soit peu pardon, et se répandait partout clair et haut.
Timermor n'en menait pas large et grommela de fort belle façon à propos des peuples aux mœurs étranges qu'il avait eu l'occasion d'étudier ; Blaque ne comprit que quelques distincts mots parmi lesquels "cannibales" ; "sauvages" ; "barbares" "nécrophages" et "français". Les petits poils roux aux pieds du professeur témoignaient du martyr de sa barbe.
- Par les saintes culottes des professeurs académiques, qu'est-ce donc ? s'interrogea-t-il tout haut en s'approchant de la porte. Verrouillée.
- Et vous pensez peut être que c'est moi qui vais vous éclairer ?
- Mais comment donc oui, apportez un peu de lumière pour que j'examine cette damnée serrure.
Estomaché, Blaque s'exécuta en saisissant un tube fluorescent accroché au mur.
- Elle est fermée cette porte ? Mais, avec le niveau technologique des gens qu'il y a derrière, nous ne pourrons jamais le forcer !
- Mon cher Francis, je vais vous montrer une chose que l'on ne vous apprend pas au MI5…
- MI6 !
- Vous êtes sûr ?
- Ben…
- Bref, wait and see old chap !
D'un geste magistral, Timermor tira sa pipe en pur bois écossais, la fit tourner autour de son index d'un geste de connaisseur, et se tourna vers la serrure avec un sourire carnassier. Dix secondes plus tard, elle était ouverte.
Ils empruntèrent alors le long couloir qui commençait derrière.
- Je n'arrive toujours pas à croire que vous ayez ouvert la porte avec votre pipe, déclara Blaque en secouant la tête. Et si vus l'aviez brisée hein ?
- Allons pas d'inquiétude, j'ai toujours une pipe de rechange sur moi
- En ce cas je…Oh, regardez !
Une petite créature passa rapidement à quelques centimètres d'eux, s'arrêta un instant et repartit dans un couloir transversal.
- Poursuivons-le ! cria Timermor !
- Non mais vous êtes dingue ?
- C'est le deuxième type qu'on voit, lui j'ai pas envie de le laisser échapper !
- Stratégiquement zéro votre réflexion Philip ! On se ferait péter la tête en moins de deux dans ces couloirs dont on connaît autant la configuration que l'anatomie d'un académicien shembraysien.
Le professeur dû se ranger à cet avis et ils continuèrent tout droit dans le couloir pendant encore une dizaine de mètre avant d'arriver à une nouvelle porte. Les chants tribaux ne s'étaient toujours pas arrêtés. Mais cela ne les empêcha point d'ouvrir d'un geste conquérant la nouvelle porte.
Ils entrèrent toutefois d'un pas prudent, et arrivé à mis porte, ils s'aperçurent qu'il s'agissait d'une sorte d'antichambre. Un bureau était disposé au milieu de la pièce, et un autre alien était assis et les regardait tranquillement.
- Bonjour ! fit-il
- Hé là, vous ne vous enfuyez pas vous ? Vous êtes le troisième type que l'on rencontre depuis notre entrée et…
- En effet, c'est cela, la rencontre du troisième type…
Les yeux brillants, encore humides de cette historique déclaration, ils contemplèrent la petit chose. Toute maigrichonne, elle était d'une couleur grise passée, un gros crâne avec un visage dissimulé par d'énormes lunettes, et une petite moustache en bataille. Du reste, il ne portait pour tout vêtement qu'une sorte de bande noire attachée au cou par un nœud, qui s'étalait le long du torse.
Et enfin, bien sûr, survint l'éternelle question…
- Quand est-ce qu'on mange ? demanda Timermor.
- Mais vous allez arrêter de dire des conneries ? s'écria Blaque.
- Ouhla, pas trop de questions en même temps s'il vous plaît ! demanda la petite créature derrière son bureau.
C'est alors qu'un oiseau sortit en criant "spooouuuutnik !" d'une sorte de pendule et qu'un autre alien entra par la porte située derrière le bureau, un genre de trompette à la main.
Les deux créatures échangèrent quelques mots qui semblèrent si lourds d'importance que Timermor ne pu s'empêcher de demander :
- Que se passe-t-il ? Le royaume d'Ecate est prêt à vous venir en aide !
- Oh non, ne vous alarmez point ; Rob'Ert m'annonçait simplement que la répétition était terminée.
Les deux hommes se regardèrent et mesurèrent l'étendue de la perdition de leur curiosité assouvie.
- Et quel est ce Royaume d'Ecate ?
- Stop ! firent les deux hommes. Déjà vous, répondez à notre question.
- Qui êtes vous ? fit Blaque en regardant en coin Timermor.
- Nous ? oh ; de simples naufragés interstellaires, issus d'une ambassade polypeptidique sur Hécaryon planète mère de L'Empire confédéré des Shlugs nains, qui jouent aux cartes en attendant des secours qui ne viendront jamais.
- Oh. Très bien. Hé bien nous nous…
Un intense fracas retentit au loin suivi d'un crépitement ininterrompu.
- C'est Olrick ! Vous devez bien avoir des armes pour vous défendre! Il va vous capturer et profiter de votre technologie !
- C'est bien dommage. fit l'intéressé en secouant flegmatiquement la tête.
- Comment cela ? Donnez nous des armes ! le pressa le capitaine.
- Dites, vous avez un problème d'audition dans votre Hécate là ? Je crois vous avoir dis que nous étions ambassadeurs, et à moins que vos mœurs soient plus différentes que l'immense masse d'intelligences dans la galaxie, je vous assure qu'il est bien rare que des ambassadeurs soient armés…
Nouveau regard mutuel de détresse intense des shembraysiens. Une fois de plus, tout leur retombait encore dessus.

_________________
« Mais alors si ce n’est pas ici, où est-ce l’enfer ? »
Et une petite voix ricanante répondit à cette interrogation depuis les tréfonds de sa conscience :
« Là où sont les gutums bien sûr. »

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Nov 12, 2005 1:35 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Déjà, une explosion lointaine retentissait. La porte avait cédé. Mais alors ce fut une nouvelle déflagration et des hurlements de douleur terrifiée : apparement, Olrick et ses séides apprenaient ce qu'avait déjà découvert Blaque en entrant : le vaisseau est rancunnier. Oeil pour oeil, dent pour dent. Certains avaient-ils survécu ?
Nos deux hommes et nos deux ambassadeurs restèrent silencieux. Tandis que les humaines tendaient l'oeille, les aliens, eux regardaient leurs pieds, avant de finallement se lancer dans une partie de carte.
-Francis, écoutez ! Lâcha Timermor dans un murmure où pointait la peur : depuis les tréfonds des coursives, entre les lointains gémissements plaintifs des miséreux qui n'avait eu la chance ni d'éviter l'impact ni d'y succomber rapidement, résonnait des bruits de bottes saccadés, comme un métronome chaotique égrainant les dernières secondes... un pied claquait sur le métal, suivi du glissement d'une jambe blessée qu'on traîne...
La porte s'ouvrit à la volée, faisant sursauter nos deux héros et lever nonchalemment la tête des ambassadeurs. Personne. Alors, une main se plaqua sur le pan de la porte, se crispa, blanche et écarlate. Olrick se releva tant bien que mal. Il avait le flanc gauche ensanglanté, de l'oreille à l'orteil. Ses côtes cassées étaient saillantes, sa jambe déchirée, son visage brûlé. Son oeil gauche était remplie de sang, son oeil valide de fureur. Il leva lentement son arme en essayant tant bien que mal de tordre la moitié de sa bouche en un rictus haineux...
Blaque ne réfléchit pas. Il se jeta sur l'instrument dont l'étrange créature les avait gratifiés de l'écoute, et, comme s'il avait toujours su comment cela fonctionnait, remplie ses poumons d'air dans une inspiration bruyante, et souffla.
Olrick, surprit par cette soudaine action, n'eut pas le temps de réagir : aussitôt, l'horrible timbre cuivré lui agressa le tympan droit, et, de douleur, il fut jeté à terre. Il était plus fort que l'explosion... mais ça... ça...
Timermor aussi était à genoux, et se tenait les oreilles comme un possédé tente de bannir son démon. Il hurlait, mais Le Son était trop fort. Trop fort...
Blaque non plus n'en menait pas large : Il avait pris une teinte violacée et cramoisie. Mais il soufflait, il soufflait, à en faire péter la barraque. Et effectivement...
Les murs tremblaient. Le sol tanguait. Les ambassadeurs sortirent tous les deux un poker d'as. La réalité semblait peu à peu s'effacer, vaincue par Le Son. Un diablotin à tête d'autruche vola à travers la pièce, bientôt poursuivi par le troisième régiment de cavalerie yankee, sabre au clair, menée par une phitécanthrope à moustache grise. Louis de Funès engagea un combat contre son ombre à l'aide d'un extincteur. Le Pen était élu Président. Une pluie de poisson arrosait les états d'âme d'une tuberculose occidentale. Partout, des aphorisme jetaient le chaos sur le symbole de l'anacoluthe. C'était l'anarchie, le désordre, le laissé-allez. C'était la merde.

Puis soudain, plus rien. Timermor enleva les mains de ses oreilles, se releva. Blaque retrouva son teint de jeune fille. Leurs regards se rencontrèrent.
-Bordel, old chap, qu'est-ce qui s'est passé ?
Ils n'étaient plus dans le vaisseau. Ils étaient dans un cadre étrange, entourés, semblait-il, d'écriture ésotérique, de mots sans sens : "citer, répondre, nouveau..." Qu'est-ce que c'était que ça ?
Le capitaine était entré dans un état de réflexion métaphysique, quand son compagnon lâcha dans un souffle terrifié la sinistre révélation.
-Oh, God. C'est la fin du cadavre exquis.
Blaque fit volte-face vers son compagnon.
-Quoi ?
-Le cadavre exquis. Nous arrivons à la fin.
-Quoi ? Phillip, ne me dites pas que vous, un scientifique, accordez un quelconque crédit à cette...
-Et pourtant... et pourtant... moi aussi, je trouvais cette histoire farfelue... mais qui sommes-nous, Blaque ? D'où venons nous ? Quel est le but du monde ? Dans quel état j'ère ? Le cadavre exquis explique tout ceci... et cela, conclut-il en désignant d'un large geste le cadre environnant...
-Mais alors, geignit Blaque, pourquoi ? Pourquoi cela s'est-il arrêté ?

C'est alors qu'une voix puissante tonna à la fois depuis le haut, le bas et les deux côtés de la page : une voix grave, d'autre-monde et d'outre-tombe, qui scanda chacune de ses terribles syllabes lourdes de sens :

[center]"PARCE QUE..."[/center]

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 19 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com