Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Mar Mai 22, 2018 10:45 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Juil 13, 2005 3:32 pm 
Hors ligne
Private Joke
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 25, 2004 12:57 pm
Messages: 1016
Localisation: Dans vos rêves les plus fous mesdemoiselles...
Un vent frais se lève. Le linge, blanc et propre, étendu sur un fil dans le jardin, frémit doucement sous la légère brise d’été. Les brins de blé, dans le champ voisin, tout juste dorés, se courbent, formant une petite vague d’or. Quelques oiseaux, au loin, près du bois, chantent. Les enfants jouent dans le jardin, ils crient, ils sont heureux. Les parents, assis sous un olivier sûrement centenaire, discutent avec un homme en uniforme, un militaire. Tout est calme.
Puis un bruit. Lourd, lointain. Les enfants arrêtent de jouer. Les cris ont disparus. Les parents écoutent, inquiets. Encore un bruit, plus fort, plus proche, suivi d’une explosion. Les adultes se lèvent, les enfants courent vers eux.
A l’autre bout de la route, le mas du vieux Robert était en flamme, totalement détruit. Des cris d’effrois retentirent. Mais que se passe-t-il ? Encore un bruit, une autre explosion, la ferme voisine explose. Des milliers de débris volent, plusieurs tombent près des enfants. Un éclat de verre touche l’un d’eux à la jambe. Un nouveau cri, de douleur. Il tombe. Un des hommes court vers lui. Il le ramasse, en lui murmurant quelques paroles réconfortantes.
Une autre explosion, encore plus violente, plus assourdissante, plus proche. Le mâs vient d’être réduit en cendres. Tout le monde est projeté à terre. Seul le militaire se relève. Il cherche ses amis. Il contemple le carnage.
Une des femmes a été totalement transpercée par un bout d’une des solides poutres en chêne de la bâtisse. Elle est clouée à l’olivier. Son mari est enseveli sous les décombres, d’où seule sa tête émerge. Du sang sort de sa bouche, ses yeux sont vides. Un peu plus loin, le corps d'une autre femme, à côté d’un énorme bloc de pierre taché de sang, sous lequel se trouve sa tête. Pas de traces des enfants, sûrement soufflés par l’explosion. Le militaire tombe à genoux. Il pleure. C’était sa famille.

Le radio-réveil s’allume. "Bonjour, il est sept heu…". Je l’éteins. Aucune envie d’écouter les informations ce matin. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises. De toute manière elles ne peuvent être que mauvaises. Surtout depuis que nous sommes encerclés sur notre île. Bien que nous possédons des défenses dernier cri, une sorte de bouclier machin chose magnétique, je pense que nous serons bientôt à la merci de l’ennemi. Ce n’est qu’une question de temps.
Je me lève. Je ne vais tout de même pas passer ma matinée au lit à rêvasser même si ça serait plaisant. J’ai un métier tout de même !
Je vais à la salle de bain. J’enlève lentement ma robe de chambre et j’actionne la douche. Ah… que c’est bon de sentir l’eau chaude sur son corps. Je ferme les yeux, je savoure cet éphémère moment. L’eau se coupe. Saleté de restrictions. Ca fait bien longtemps que je n’ai pas pu prendre une douche aussi longue que je l’aurais souhaitée. Mais c’est ainsi. Faut être citoyen, penser aux autres, tout partager… Je me rhabille. J’hésite entre l’ensemble bleu ou le beige. Je vais prendre le bleu, il est vieux, mais je ne me sens pas à l’étroit à l’intérieur. Autant être à l’aise pour la longue journée qui s’annonce.
Je descends à la cantine. Tiens, ils ont déjà servi le café. Ils sont en avance. Ah, voila ce lourdaud de Geoffrey qui vient vers moi. Je lance poliment, comme à mon habitude :
"Bonjour monsieur Griffin.
-Bonjour mademoiselle Stevenson. Comment allez-vous ?
-Je vais bien, merci, et vous ?
-Ca va, ça va… le travail est contraignant mais c’est pareil pour tout le monde n’est-ce pas ? Puis-je m’asseoir à votre table ?"
Et voila qu’il commence à me coller. Reste calme Lisa…
"Oui sans problème", dis-je avec un faux sourire.
Il s’assoit, accompagné de son plateau repas bien garni. Il ne doit pas penser beaucoup aux autres lui…
"Oui effectivement, le travail est difficile, même au service d’histoire nous avons beaucoup de travail. Excusez-moi, mais dans quel service travaillez-vous monsieur Griffin ?
-Je travaille à la physique mademoiselle. Comme le Griffin de Wells !"
Il éclate de rire. Je ris aussi, poliment, ne sachant pas du tout que Wells ait parlé d’un Griffin dans une de ses œuvres. On commence à manger.
"Quelle est votre spécialité mademoiselle ?
-Je suis une spécialiste de l’Angleterre à l’époque victorienne.
-Oh très intéressant…"
Il se remet à manger. Comme si sa vie en dépendait. Pourtant il a des réserves. Beaucoup de réserves.
Un homme s’avance vers moi, il était assez jeune, il me semble l’avoir déjà vu.
"Bonjour mademoiselle Stevenson. Vous êtes demandée d’urgence au bureau de Lord Henry.
-Bien, je vous suis."
Je me lève et le suis, perplexe. Que pouvait bien me vouloir le plus haut responsable de la base ?

merci Vae


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Mar 21, 2006 8:06 pm 
Hors ligne
Private Joke
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 25, 2004 12:57 pm
Messages: 1016
Localisation: Dans vos rêves les plus fous mesdemoiselles...
"Comme je le disais encore ce matin, notre situation actuelle est très simple. Oh mais asseyez vous, je vous en pris… Simple dans le sens où nous sommes totalement encerclés par l’ennemi, et que malgré nos protections, il arrivera tôt ou tard à nous battre, et il n’aura certainement pas de pitié pour nous. Son plan, très ingénieux je dois dire, je n’imaginais pas ça de leur part, à déjà débuté. Un whisky ?... Vous savez sans doute qu’il a installé d’énormes lentilles dans l’hémisphère nord, dirigeant une grande partie des rayons solaires sur la calotte polaire… Bientôt le niveau des mers montera, et nous seront noyés. Nos boucliers peuvent bien arrêter les tirs, mais pas l’eau.
C’est pourquoi je vous ai fait mandater. Notre seul salut est maintenant la fuite. Et ce le plus rapidement possible. Etant donné que nous sommes encerclé de toute part, nous allons partir vers le haut. Vers l’espace. Ne me regardez donc pas avec des gros yeux. Cela fait longtemps que nous allons couramment dans l’espace !
- Certes, mais les vaisseaux ne sont pas assez grands pour transporter toute une communauté !
- Oh, mais nos ingénieurs ont déjà pensés et résolu ce problème. Ils ont mis au point un nouveau modèle d’astronef géant qu’ils commencent à produire dans nos usines du quarante-cinquième sous-sol."
Un pan du mur pivote, laissant apparaître un écran géant. Il s’allume, laissant apparaître un immense vaisseau, aux lignes parfaites, peint en noir. "Voici le Nyx."
Le colonel John Arminton se tord dans son siège. Jamais on a vu un bâtiment de cette taille.
"Il sera accompagné d’un second vaisseau, l’Héméra. Je vous passe les détails techniques de sa propulsion, sans importance véritable pour vous, mais sachez que vous commanderez le Nyx. Ce sont de véritables vaisseaux de guerre, conçu pour échapper rapidement à nos ennemis. Mais ils forment aussi deux petites villes, dans un cadre le plus agréable, pour permettre aux générations qui se succèderont dans ces vaisseaux de vivre le plus confortablement possible avant d’atteindre notre destination finale. Evidemment sera embarqué à bord le nécessaire pour permettre la production de nourriture et d’eau potable."
Sur ces mots s’ouvre la porte du bureau, laissant une jolie jeune femme entrer dans le bureau. Elle dévisage rapidement le colonel.
"Ah ! Mademoiselle Stevenson ! Heureux que mon secrétaire vous ait trouvé ! Comment allez-vous ?
- Très bien, my lord.
- Je vous présente le colonel John Arminton, qui vient directement de la base avancée de Norfolk.
- C’est un plaisir, mademoiselle Stevenson, lance le colonel.
- Oh, mais appelez moi Lisa.
- Trève de mondanités, vous êtes ici pour travailler ! Mademoiselle Stevenson sera votre relais auprès de la communauté scientifique de cette base pour préparer notre départ.
- Très bien.
- Et si vous lui faisiez visiter la base, Lisa ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com