Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Mar Mai 22, 2018 3:03 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [auteur] William Hope HODGSON
MessagePosté: Dim Nov 21, 2004 11:32 am 
Hors ligne
Nouveau venu

Inscription: Mer Oct 20, 2004 8:34 pm
Messages: 7
Localisation: Sur le Disque-Monde.
Biographie

Le 15 novembre 2004, William Hope HODGSON aurait eu 127 ans ! Je me permets d'ouvrir ce fil pour vous parler un peu de ce très grand auteur fantastique.

C'est donc le 15 novembre 1877 que William Hope HODGSON est né sous le signe du SCORPION, à Blackmore End, dans le comté d’Essex, en Grande-Bretagne. Il avait onze frères et sœurs et son père, un pasteur anglican, fut souvent muté avec toute sa famille de presbytère en presbytère jusqu’aux côtes occidentales de l’Irlande en passant par Galway où son célèbre fils placera un jour l'action de l'un de ses romans les plus connus.

Le jeune William semblait être né avec l’amour de la mer et son désir de la voir le poussa à s’enfuir dès l’âge de 13 ans pour s’engager comme mousse. Bien sûr, il fut vite rattrapé et puni mais comme il ne démordait pas de son idée, force fut à ses parents de finir par lui permettre d’entrer dans la Marine marchande. Son apprentissage devait durer 4 ans et débuta très précisément en 1891 : le jeune garçon avait tout juste 14 ans.

Sa première expérience de la vie en mer fut cruelle, à l’image des pratiques qui furent longtemps en vigueur dans la marine anglaise et dont "Mutiny on the Bounty" donne une excellente image, pas si caricaturale que ça. Pour échapper aux mauvais traitements qu’on lui infligeait, William décida alors d’apprendre le judo et de développer ses muscles. Puis, à 18 ans, il rejoignait une école de Marine à Liverpool et, après son diplôme, il reprenait la mer. Il venait d’avoir 20 ans.

Après diverses aventures – un sauvetage qu’il effectua dans des eaux infestées de requins et pour lequel il reçut une récompense décernée par la Royal Humane Society – et l’apprentissage d’un nouveau hobby, la photographie, dont il se servit pour fixer sur images tempêtes et océans, il prit pleinement conscience des « mauvais traitements, de la nourriture infecte, de la solde minable … de l’existence terrible et sordide, dépourvue de tout plaisir et de tout confort, qui est celle des marins … » En résumé, après avoir fait trois fois le tour du monde, il comprit que, en réalité, il détestait l’océan. Cette découverte brutale aura sur ses écrits les conséquences que l’on sait.

De retour sur la terre ferme, en l’an de grâce mil-neuf-cent-deux, HODGSON monta un gymnase à Blackburn, non loin de Liverpool, où il devait donner des cours entre autres aux forces de la police locale. Puis, il commença à publier des articles traitant de musculation mais sa voie n'était pas là et il fit faillite.

En 1904, HODGSON décida alors de se tourner vers l'écriture. Je consacrerai un fil spécial à cette partie de sa vie. Sachez encore qu'il décéda à l'âge de 40 ans, le 17 avril 1918, des suites d'une blessure infligée par un shrapnell allemand. Après lui, son oeuvre retomba dans l'oubli. Définitif ? ... Nous allons bien voir ... :wink:

L'Oeuvre de William Hope HODGSON

Lorsqu'il se tourne vers l'écriture, en 1904, HODGSON ne présente que des poèmes rédigés dans sa jeunesse - et qui seront réédités en 1977. Mais, peu à peu, mettant à profit les histoires de marins qu’il a lui-même largement entendues alors qu’il naviguait et tentant peut-être insconsciemment de régler ses comptes avec cette mer qui l'a tant déçu (croit-il de bonne foi), il s'attelle à la nouvelle.

La première, « A Tropical Horror » - « L’Horreur Tropicale » - paraît dès 1905 dans The Grand Magazine. D’autres vont suivre, dont « The Voice In The Night » qui date de 1907 et qu’HITCHCOCK adaptera plus tard - en 1958 - pour la télévision américaine. Puis, ce seront « The Boats of the « Glen Carrig » - "Les Canots du "Glen Carrig" - histoire purement abominable où des rescapés d'un naufrage se voient contraints d'absorber des fruits sur une île inconnue et où ...

En 1908, paraît le premier roman de l'auteur : « The House on the Borderland » que LOVECRAFT qualifiera plus tard de « classique des classiques » en ajoutant : « C’est peut-être le meilleur de tous les écrits de William Hope HODGSON. »

Il faut préciser que, pour tous ceux qui connaissent aussi bien HODGSON que LOVECRAFT, il ne fait aucun doute que « La Maison au bord du Monde » annonce cette « horreur cosmique » que le second devait porter à son sommet.

Roman d’une surprenante imagination et qui distille un climat de peur soutenue, "La Maison au Bord du Monde" met en scène une maison située sur cette côte de Galway où HODGSON vécut enfant et qui repose en fait sur des abysses insondables – psychiques, métaphysiques – desquels jaillissent de répugnantes créatures porcines décidées soit à tuer le narrateur, soit à l’entraîner avec elles vers … quoi ? … :twisted:

Pour son second roman, aussi court que le précédent, HODGSON retourne à l’océan. L’intrigue y est d’une maîtrise rare et oscille toujours entre le saut dans une dimension cosmique inconnue et la construction, péripétie par péripétie, peur par peur, d’une espèce de no man’s land où les ombres de marins (de pirates ?) morts cernent un voilier et en prennent peu à peu possession, tuant un par un les membres de l’équipage. Grâce au Ciel - et pour les plus grands délices des pauvres lecteurs que nous sommes - un rescapé s'en sortira pour nous raconter toute l'Horreur ...

HODGSON est par ailleurs le créateur d’une espèce de détective du Surnaturel, Thomas CARNACKI. Les nouvelles qui le mettent en scène sont rassemblées dans le recueil « CARNACKI et les Fantômes. »

Après le décès de HODGSON, ses nouvelles et romans s'endormirent. Puis jaillit cette étoile filante et inégalée qui s'appelait Howard Philip LOVECRAFT et qui devait lui-même engendrer tout une mythologie appelée à s'installer solidement au Panthéon du Fantastique. Or, le meilleur ami de LOVECRAFT, August DERLETH, qui allait reprendre le mythe de Cthulhu et des Grands Anciens et leur faire atteindre enfin au succès qui, toute sa vie, avait méprisé leur créateur, allait mettre son point d'honneur à ce que celui que LOVECRAFT ne cessa jamais de considérer comme un « Maître » fût convié lui aussi au triomphal banquet de cette gloire posthume.

Et c’est ainsi que, désormais, tous ceux qui aiment se faire peur avec LOVECRAFT ont appris à frissonner aussi avec ces « Grands Ancêtres » que furent pour le Solitaire de Providence Arthur MACHEN et William Hope HODGSON, l’homme dont l’Amour-Haine envers l’Océan a engendré quelques unes des plus belles histoires de spectres marins qui aient probablement jamais été écrites.

Certaines nouvelles de HODGSON ont été mises en ligne - mais en anglais - sur le site suivant :

http://alangullette.com/lit/hodgson/#web

Pour autant que je le sache, "La Maison au Bord du Monde" et "Les Pirates Fantômes" ont été édités au Livre de Poche.

_________________
Je ne signe rien tant que je n'ai pas tout lu, même les petits caractères, tout en bas, dans le coin ...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com