Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le grimoire d'Ulfer

La culture au sens large
Nous sommes le Sam Oct 20, 2018 12:10 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Oct 22, 2006 2:04 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Le chouchou


Julien, c’est un mec,
L’est tout pâle et tout sec
Toujours l’air à la ramasse
Julien, l’est dans ma classe.

A la sortie de l’école
Quand il part avec ses parents
Qui ont l’air d’avoir la vérole,
Moi je dis à ma maman

Ben d’abord, c’est pas normal
Il bosse pas spécialement bien
Mais quand c’est lui qui nous fait mal,
La maîtresse le prend par la main

Quand il fait une bêtise,
Il est pas trop puni
(La fois où/Quand) il a tâché sa chemise
Ses parents ont rien dit

Il a toujours de beaux cadeaux
Un super nouveau vélo
Et son papa est sobre
J’crois même qu’y vont faire Noël en octobre…


C’est pas juste !
C’est pas juste !

Eh ben, eh ben, tu sais,
Aujourd’hui dans la cours
En jouant au chat, il est tombé
Aussitôt la prof accourt

Bon, voilà il s’est fait mal
Mais rien que de très (normal/banal)
- Il saignait ? demande maman
- Pas de quoi faire un pansement,

Mais maman, c’est dégueulasse !
La prof n’aurait que dédain
Pour un autre de la classe !
C’est un vrai chouchou Julien !

Quand il fait une bêtise,
Il est pas trop puni
(La fois où/Quand) il a tâché sa chemise
Ses parents ont rien dit

Il a toujours de beaux cadeaux
Un super nouveau vélo
Et son papa est sobre
J’crois même qu’y vont faire Noël en octobre…

C’est pas juste !
C’est pas juste !

C’est alors que ma mère
Pour ne pas me dire « ta gueule ! »
Me hurle « vas-tu te taire ? »
J’comprends pas et j’me sens seul

Elle crie, les larmes aux yeux
Et moi j’en prends pour mon grade
Après s’être calmée un peu,
Elle me lâche « Julien, il est malade »

C’est pas juste
C’est pas juste.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Oct 26, 2006 6:27 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Un grand jour


Il y a des joies, il y a des drames,
Des jours à marquer d’une pierre blanche
Des jours fériés et des dimanches
Qui restent gravés dans nos âmes

Le jour heureux d’une nuit de noces
La naissance du premier enfant
Le jour qu’on craignait du divorce
La retraite et l’internement

Le jour de l’an, une fois par an,
Le jour de merde, le jour de trop,
Le jour de la mort de maman
La première ballade en bateau

Mais le jour où l’on doit se raser
C’est comme la mort de Peter Pan
La certitude inavouée
Qu’y a un après et un avant

On troque sa belle pelisse
Contre une peau flapie et moite
On a le menton aussi lisse
Qu’un crâne militant d’extrême droite

On se sent seul, on se sent nu
On a peur de ce qu’on est devenu

La journée du baptême de feu
Les jours de fêtes, les jours de deuils
Le premier jour en amoureux
Le jour qu’on lâche, le jour qu’on cueille

Jour de bourgeons et jour de pluie
Le temps des shorts, le temps des moufles
Jour de naissance et jour de vie
La dernière heure, le dernier souffle

Mais le jour où l’on doit se raser
On sent l’regard inquisiteur
De tous les grands poilus passés
Derrière notre reflet boudeur

José Bové, Darwin, Jules Vernes,
Capt’ain Haddock, cousin Machin
Marx, Père Noël et Dieu lui-même
Victor Hugo, Zeus et Odin

Bakounine, Albert Jacquart
Les nains, les ogres, et les clochards

Le jour où l’on doit se raser
On le r’met toujours à demain
Le patron pourra bien gueuler
Peter Pan sera là demain

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Oct 27, 2006 1:20 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Enjeu de vengeance

Ce soir c’est le grand soir
J’enfile ma cagoule
Un haut sombre qui moule
Faut pas qu’on puisse me voir

Toutes façons c’est nuit noire
Dans la cape, roulée en boule,
La corde que j’enroule
Et pléthore d’accessoire

Il a fallu que j’les déniche
En fouillant dans toute la maison
Couteau suisse et pied de biche
Y a même un tire-bouchon

J’ai l’impression désagréable
D’être un commando fasciste
Ou un fanatique détestable
A penchant terroriste

Si je m’habille comme un tueur
C’est pas pour le plaisir
J’arrive pas à en rire
Voleur, voilà ton heure

J’arrive et je me gare
C’est calme et silencieux
J’attends encore un peu
Et puis j’éteins mes phares

Je sors sous le regard
Désapprobateur de Dieu
Rien que lui en ce lieu
Il est déjà si tard

J’avais étudié la serrure
Mais d’toutes façons chuis pas un pro
J’défonce la porte à coup de marteau
Et m’introduit dans l’ouverture

J’ai l’impression désagréable
D’être un barbare stupide
Un violent doublé d’un minable
Ca m’fait bizarre au bide

Si je me fais de telles frayeurs
C’est pas pour le plaisir
Je stress à en mourir
Voleur, voilà ton heure

Je sais, se venger, c’est pas bien
De toutes façons ça sert à rien
Il me rendra pas son butin
Ce fils de catin

Je suis aussi rationnel que vous
Mais ça peut pas toujours tout
Moi aussi j’y croyais très fort
Mais ce coup-ci il faut un mort

Si c’est pas lui, c’est de désir,
De colère ou de dépression
De chais-pas-quoi que j’vais mourir
Il faut qu’j’évacue la tension

On voit rien dans les couloirs
Heureusement j’ai le plan de la base
J’en arrive à la deuxième phase
Jusqu’ici pas d’histoire

Je suis en approche du réfectoire
Je me sens un peu kamikaze
A moitié fort, à moitié naze
Et là près de l’armoire…

Je me revois glissant l’argent
Dans la fente prévue à cet effet
Et mon gâteau coincé dedans
Les gens qui m’empêchent de le tabasser

Je suis enfin devant le coupable
De mes dernières nuits d’insomnie
Je sors la batte de mon cartable
Et j’tapote sa carrosserie

Défoncer le distributeur
Sur le coup ça m’a fait plaisir
Après il a fallu courir
Voleur, voilà ton heure

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Déc 25, 2006 10:38 am 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Micro-génération


Chuis pas un enfant,
Je suis un jeune
J’préfère à maman
Ma playstation

Je suis pas une gosse
Mais une teenager
J’veux plus des carrosses
Mais des chanteurs

On marce, maintenant
Dans la cour des grands
Celle où y en a déjà qui fume.
Pour grandir faut l’vouloir
Faut lâcher l’bavoir
Et on en bave, mais on assume

Dans le bus, le matin, on s’moque des p’tits
Parce qu’ils sont pas grands
Ils sont stupides, et malpolis
Et y s’croient marrants

R’marquez y en a d’mon âge
Quand tu vois leur vêtement
Au lieu de treize, normal
Toi tu leur donnes douze ans

Que ce soit clair,
Le système scolaire
J’en ai rien à cirer
C’est des conneries
C’est même pas la vraie vie
Celle qu’y a à la télé

Moi mon grand frère y r’garde le foot
Je l’regarde avec lui
Quand y a ses potes y m’dit d’aller m’faire foutre
Alors j’l’insulte aussi

Non parce qu’y faut pas croire
Nous autres prépubères
Que l’on ait des devoirs
Envers tous nos grands frères
Qu’on reste dans le noir
Qu’on ait pas l’droit d’être fier

Enfin, je me dis,
A cet âge aussi
J’étais pas malin
Il faut du recul
Pour voir qu’on était nul
Mais j’ai quinze ans demain

J’ai plus de playsation
Mais un nouvel ordi
Et j’aime bien ma maman
C’est elle qu’à les crédits
Je veux pas de carrosses
Mais un beau scooter gris

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Jan 08, 2007 6:11 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
[url=http://sebastian.lequime.free.fr/musiquePierre/08-01-2007/]Brother
[/url]


Il était jeune, bien fait et sans manière
La fierté de son menuisier de père
Et de sa mère, une dame adorable
Qu’avait perdu jadis sa tête dans une étable

Lui toujours là, pour aider, travailleur
Pas bagarreur, mais un peu trop rêveur
Jugeait son père, lorsqu’il rentrait très tard
Des soirées entre amis, de biens joyeux fêtards

Et Momo, Momo

Ils étaient douze, et remplis d’idéaux
Chez tous les jeunes, c’est comme la libido
Ça évolue, ça varie avec l’âge
Parfois ça prend de l’ampleur, souvent on tourne la page

En attendant, le club des cheveux longs
Faisait des vers, écrivait des chansons
Mais à quoi bon, quand bientôt l’on reprend
La profession de ses parents et grands parents

Et Momo, et Momo

Et puis un jour, le beau jeune homme a dit
Allez les gars, cette fois on agit
Et c’est parti, les autres l’ont regardé
Plusieurs ont rigolé mais tous on hésité

Puis son charisme, et l’amitié faisant
Tous ils ont pris les routes et les champs
En survivant surtout grâce à la manche
Ou en donnant parfois des concerts le dimanche

Et Momo, et Momo

Les mois de creux succédaient aux bons jours
Quelques erreurs, des morceaux de bravoure
Quelques miracles, de la motivation
Pas de quoi faire sans doute une nouvelle religion

Avec le temps, l’idéal a baissé
Avec le temps certain se sont fixés
Au grès du vent, des villes et des villages
Au grès des occasions, des femmes et des mirages

Et Momo, et Momo

Vers la trentaine, il ne restait que lui
Toujours partant, comme s’il n’avait vieillit
Toujours souriant, et encore debout
Même si des jours durant il n’avait pas un clou

Puis par hasard, il rencontra Momo
Ami d’enfance, un du même hameau
Tout emballés, ils ont fondé un groupe
Encore maintenant, souvent, on les voit dans les scoops

Et Momo, et Momo.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Jan 08, 2007 6:14 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Les autotamponneuses


Ma maman conduisait
Et mon papa baillait,
Ma soeur sur les genoux
Moi par la fenêtre, je cherchais la grande roue

Une fois par an, ils s'en souviennent
On allait à la fête foraine

Moi j'aimais bien les autotamponeuses
Même mieux que le manège
Déjà morveux je défiais les morveuses
Dans un beau bolide beige

Puis j'ai grandi
Parce que quand on est petit
On grandit
Comme mes darons me faisaient la gueule
J'y suis allé tout seul

Enfin, tout seul, façon de parler
Y avait Nadège, Rose et Mickey
Y avait d'quoi boire, de quoi fumer
Mais moi je préférais

Moi j'préférais les autotemponneuses
Même mieux que les manèges
En enchaînant des manoeuvres audacieuses
J'impressionais Nadège

Maintenant, chuis grand
Maintenant j'ai mon permis
Tout est permis
A cent à l'heure, les cheveux dans le vent
J'aime toujours le volant

Les sous pour le carosse
C'est plus des pièces de gosses
Allez, le vieux, avance !
Et merde. J'ai plus d'essence

J'ai bien quelques histoires
Avec tous les chauffards
Mais je m'en sors toujours
Et puis un jour,

Moi j'aimais bien les autotemponneuses
Mais mieux que le manège
Toutes culbutes sont pas toujours heureuses
La séance s'abrège.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Avr 06, 2007 7:40 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Chanson vaniteuse et médisante


Le plus gros problème dans notre société actuelle
C’est qu’on doit faire preuve de capacités intellectuelles
On ne peut plus penser avec son attribut sexuel
Héraclès, fils de Zeus, n’est plus un bon modèle

C’est limite si pour demander « tu peux m’passer l’sel ? »
Faut écrire une dissert’, j’te raconte pas l’bordel
Face à cette situation pour le moins artificielle
J’ai choisi mon credo et je chante en rebelle

Pas d’prise de tête
Ça veut dire Carpe Diem
La vie entière devient une fête
Pas d’prise de tête, non
Pas d’prise de tête

Le sage avachi ne va pas plus loin
Que l’imbécile vaillant qui suit son chemin
Moi j’ai choisi ma voie, j’y crois et je m’y tiens
Contre tous ces pédants qui osent me toiser de loin

Je me fous de savoir ce que pense mon prochain
De toutes façons, si y a embrouille, j’ai plus de copains
On est plus musclés, et on a peur de rien
Sauf des nœuds au cerveau qui font un mal de chien

Pas d’prise de tête
Ça veut dire ne réfléchit pas
Réagit à l’instinct comme une bête
Pas d’prise de tête, non
Pas de prise de tête

Pas d’prise de tête
A force de ne pas agir
Tu vas passer pour une mauviette
Pas d’prise de tête, non
Pas d’prise de tête

Chaque jour un peu plus, je le sais, je le vois
D’autres gars entendent ce même cri de joie
Dénigrés par les mêmes intellos à la noix
Nous réagirons comme il se doit

Et si toi aussi, mec, tu n’acceptes pas
Que la facilité soit interdite par la loi
Va chercher des pavés, rejoint mon combat
Prend ton mégaphone et entonne avec moi :

Pas d’prise de tête
Ça ennuie les amis
Et ça fait fuir les poulettes
Pas d’prise de tête, non

Pas d’prise de tête
Les gens sont trop nerveux
A un moment faut qu’on s’arrête
Pas d’prise de tête, non
Pas d’prise de tête.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mai 27, 2007 10:07 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
La Grande démystification

Dans les eaux du Club Med
Les nageurs ne nagent plus
La poussée d’Archimède
A disparu

Les yellow submarine
Rien moins q’un peu surpris
Tombent dans des ravines
Et la claustrophobie

On avait l’habitude
Du poids qui s’escamote
Dans nos choix nos études
Les gros porte-avions flottent

Mais les poissons se noient
Hurlent à perdre haleine
Les dauphins j’en parle pas
Les marins, les baleines

D’Hawaï à Istanbul
Naufrages sont légions
Pire : le vermicelle coule
Au bas de se bouillon.

J’aurais crié à l’aide
Mon bateau ne flotte plus
La poussée d’Archimède
A disparu

Dans ma barque, pépère,
Je lisais Don Quichotte
Juste avant y avait l’air
Juste après y a la flotte

Si j’inspire, tout à coup,
Me voilà ridicule !
Je coule dans la boue
Et mes poumons me brûlent

Au feu, Poséidon !
Au fond, posé, hideux,
Je vois de mes yeux ronds
Un lutin malicieux

Je ne sens plus mon corps
Et je parle sous l’eau !
Dans cet humble décor
Je rejoins le nabot

Il me dit je suis Ted
Ondins des eaux perdues
La poussée d’Archimède
A disparu

J’ai demandé Pourquoi ?
En haussant les épaules
Il a dit Pourquoi pas ?
Ben ça m’a fait tout drôle

Il me raconte alors
Son boulot peu banal
Quand on plongeait un corps
Il se donnait du mal

Je soutiens, suspicieux
Vous faîtes donc en fonction
Des masses molaires, et mieux ?
Coup d’bol qu’il me répond

Ou plutôt camouflage
Mon action se maquille
Mais c’est plus de mon âge
Pour bibi c’est la quille

Pendant que je décède
Je reprends la tenue
La poussée d’Archimède
Est revenue.

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mai 27, 2007 10:09 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Acheteur volontaire

Aujourd’hui samedi matin
Mon devoir citoyen
M’emmène aux élections

J’vais au supermarché du coin
Et prépare mon bulletin
Pour grande distribution

La campagne électorale
Fait rage dans le journal
Quand la moitié des pages

Fait place au débat brutal
L’argumentaire social
Des forces d’étalage

Le vote à la caisse…

C’est celui des commerçants
Qui chérient leur clients
Quand d’autres les délaissent

C’est celui des militants
D’la vie, la vraie, Auchan
Pas du blabla HS

Bien rangés les candidats
S’étalent devant moi
Avec leurs étiquettes

Plus d’éthique ou de combat
De question à la noix
Mais la loi du market

Vais-je soutenir l’entreprise
De tomates confises
Ou de glace au radis ?

Si le pays est en crise
Vais-je offrir des devises
A la misère ennemie ?

Le vote à la caisse…

Celui où l’on a aussitôt
Des promotions cadeaux
Et pas que des promesses

Le consommateur nouveau
Découvre le credo
Immédiat de l’ivresse

Le suffrage électronique
Apparaît sans panique
Au hasard des rayons

Le qualité-prix, stoïque
Tance au lobby inique
De la législation

Tout l’monde avec son caddie
Chacun avec sa vie
C’est participatif

Sans violence et sans conflit
Ecouté et suivi,
C’est pas comme les manifs,

Le vote à la caisse…

C’est le seul où l’abstention
Fait craindre l’élection
A des ministres en stress

C’est le seul où l’abstention
D’ailleurs n’est pas légion
Et le vote blanc en baisse

Le vote à la caisse…

C’est celui où tout l’monde vote
Sans trop savoir qu’il vote
Sans soucis et sans cesse

C’est celui où tout l’monde vote
Sans jamais qu’on ergote
Sur c’qu’en pense le PS

Et souvent, bien qu’il nous semble
Que nos courses ressemblent
Bien peu aux élections

Quand on s’y met tous ensemble
Les industriels tremblent
Devant nos décisions

En y réfléchissant parfois
En n’se dispersant pas
Y aurait des trucs à faire

Citoyen dans nos achats
Humain dans le combat
Des « simples volontaires »

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mai 27, 2007 10:10 pm 
Hors ligne
Ecolo à vélo

Inscription: Sam Jan 22, 2005 4:05 pm
Messages: 3098
Localisation: Shembray
Citation:
Le grain

A côté du nez
Au-dessus de la commissure des lèvres
Un grain de beauté
Un grain de beauté, perle de mes rêves

Un grain de beauté,
Ce que j’aime ce nom–là
Sur ce visage parfait
Comme les mouches des dames d’autrefois

Ce n’est pas un simple grain en trop
Ce que je trouve remarquable
Il s’intègre, se fond dans la peau
Comme la pipette d’une bouée gonflable

Ô, amour, puis-je souffler
Dans cette sensuelle soupape ?
A moins que je ne sois tenté
Par ce grain de raisin d’Agape

Ah, oui, combien de millésimes
Doit valoir son jus suave
A l’odeur entre le choux rave
Le pus et la térébenthine

A côté du nez
Au-dessus de la commissure des lèvres
Un grain de beauté
Un de ces abcès, si beaux quand on les crève

Un grain de beauté
Ce que j’aime ce nom-là
Sur ce visage parfait
Comme les mouches qu’on écrase du doigt

Ca en effet, quand on le perce
Il se rapproche
Des insectes que l’on compresse
Et qui font sprotch

Chaque fois que je vois ta balafre
Si érotique
Je sens monter en moi les affres
D’un amour plus que physique

Un grain de beauté
Ce que j’aime ce nom-là
Sur ce visage parfait
Quand je me mouche, ça donne à peu près ça

Je le suppose qui s’enracine
Qui s’étend dans ta chair
Sous-cutanée, pieuvre maligne
Parasite puéricellulaire

Et lorsque je glisserai ma langue
Entre tes lèvres toutes à moi
Je ne chercherai que l’aphte exsangue
Qui doit nécessairement faire contrepoids

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com